Le système immunitaire est la clef de voûte de notre survie
Le système immunitaire est la clef de voûte de notre survie  ©Getty - IMAGE POINT FR/NIH/NIAID/BSIP/Universal Images Group
Le système immunitaire est la clef de voûte de notre survie ©Getty - IMAGE POINT FR/NIH/NIAID/BSIP/Universal Images Group
Le système immunitaire est la clef de voûte de notre survie ©Getty - IMAGE POINT FR/NIH/NIAID/BSIP/Universal Images Group
Publicité

Anticorps, lymphocytes, cellules tueuses, systèmes de régulation, anticorps monoclonaux : nos connaissances en matière d'immunologie progressent si bien qu’une quarantaine de prix Nobel ont été décernés et nous ont permis de mieux connaître le système immunitaire, clef de voûte de notre survie.

Le système immunitaire est la clef de voûte de notre survie car notre organisme se défend avec beaucoup de succès contre les innombrables ennemis venus de l’extérieur (bactéries-virus) que ceux venus de l’intérieur (dérèglement des cellules qui peuvent devenir parfois cancéreuses). Anticorps, lymphocytes, cellules tueuses, systèmes de régulation, anticorps monoclonaux, nos connaissances progressent si bien qu’une quarantaine de prix Nobel ont été décernés et ils nous ont permis de mieux connaître le système immunologique. Le thymus, la moelle épinière, le système lymphatique sont à l’origine de notre individualité. La mémoire immunitaire a permis de combattre grâce à la vaccination, de grandes épidémies (peste, variole, diphtérie) pour ne parler que des grands désastres du passé. Mais ces progrès liés à l’augmentation de la durée de vie, à la découverte des antibiotiques, alimentent les théories hygiénistes 

René Frydman s'entretient avec Jean-François Bach , professeur d’immunologie, secrétaire de l’Académie des Sciences et membre de l’Académie de Médecine. 

Publicité

Que nous dit-il ? La baisse des maladies infectieuses (en tout cas des grandes épidémies sous nos climats) s’accompagne d’une augmentation des maladies auto immunes tel le diabète insulinodépendant, la sclérose en plaques, les maladies digestives et marque sans doute aussi une augmentation de la fréquence des cancers. La compréhension des systèmes qui évitent le rejet en cas de greffe, ainsi que cette tolérance si particulière de la femme enceinte au point qu’elle ne rejette pas le fœtus en partie étranger à elle-même : de telles problématiques ont poussé de nombreux chercheurs à vouloir mieux comprendre cette arme de l’immunologie et à l’utiliser seul ou comme adjuvant à la chimiothérapie dans la lutte contre certains cancers. Base d’une médecine plus personnalisée, plus adaptée à chaque type de cancer, la recherche dans ce domaine est très prometteuse. Les greffes colonisantes à partir de cellules souches totipotentes seront-elles les nouvelles défenses de demain contre ces maladies si graves ?