France Culture
France Culture
Publicité

Semaine spéciale Science et religions

M. Azoulay, R. Frydman, P. Atlan, B. Saintôt
M. Azoulay, R. Frydman, P. Atlan, B. Saintôt
© Radio France - Catherine Donné
Dalil Boubakeur
Dalil Boubakeur
© Radio France - D.R.

Depuis cinquante ans la société a évolué et tout particulièrement en matière de maternité, les femmes sont passées de la maternité subie à la maternité choisie. Les grandes étapes qui ont marqué cette période sont l’accès à la contraception, le droit à l’avortement, le diagnostic anténatal, la fécondation in-vitro et la médecine régénérative (à partir de cellules souches embryonnaires). Ces problématiques ont et font encore débat car tout tourne autour du regard porté sur l’embryon humain. Peut-on le manipuler in-vitro, peut-on le détruire quand le projet parental n’existe plus et qu’il est cryopréservé ? En fait, cela nous ramène aux questions fondamentales : quand commence la vie, quand commence la personne humaine ? Ce débat qui étaye nos discussions politiques (lors des différentes lois de bioéthique 1994- 2004-2011 et prochainement) est sous-tendu par plusieurs conceptions religieuses autour du statut de l’embryon.

Publicité

C’est pourquoi nous avons voulu réunir pour en parler le docteur Dalil Boubakeur, médecin, recteur de la Grande Mosquée de Paris et Président du Conseil Français du Culte Musulman, le père jésuite Bruno Saintôt , directeur du département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres, le rabbin Michaël Azoulay , membre du Comité National d’Ethique de 2008 à 2013 et le docteur Paul Atlan , gynécologue qui a ouvert la première consultation de bioéthique après avoir constaté qu’en médecine et plus particulièrement dans le domaine de la reproduction, il existait parfois des conflits éthiques qui aboutissaient à de terribles souffrances morales.

La personne humaine se constitue-t-elle progressivement dans le temps ou faut-il considérer l’embryon humain dès le stade la fécondation ? L’embryon est-il une personne potentielle ou une potentialité de personne ? A partir de ce point de vue qu’elle sera l’attitude vis-à-vis des recherches sur les cellules souches selon leur origine adulte reprogrammé ou embryonnaire. Quelle sera l’attitude des religions vis-à-vis de toute innovation scientifique qui concerne l’assistance médicale à la procréation ? Ces questionnements depuis Aristote et Hippocrate, les écrits bibliques et coraniques restent d’actualité.

Comment nos invités :Paul Atlan, ****Michaël Azoulay, ** Dalil Boubakeur, ** Bruno Saintôt vivent-ils le changement de la loi d’août 2013 qui autorise la recherche sur l’embryon mais qui l’encadre au lieu de l’interdire avec des exceptions comme cela était le cas précédemment.

L'équipe