Publicité
En savoir plus

Bonjour Ali bonjour à tous Abdullah Gül, une chance pour l'Europe?... ce titre du Soir en Belgique résume vous allez l'entendre la question que se pose toute la presse européenne ce matin et sur le sujet nos confrères sont assez divisés... Très enthousiaste, le Soir clame que le nouveau président fera passer la Turquie d'un modèle de laïcité autoritaire et pas vraiment moderne défendu par les militaires.... à un modèle où les croyances ne sont pas niées mais reconnue dans un espace public policé... Coupons court à l'ânonnement de stéréotypes écrit le quotidien belge... arrêtons de qualifier le parti du nouveau président turc d'islamiste modéré... un terme toujours connoté de suspicion... L'islam étant la religion prédominante des turcs... la légitimité d'un pareil parti ne doit pas être remise en cause particulièrement pas par des européens dont le courant démocrate chrétien a toujours constitué un pan considérable de l'éventail politique... plus qu'aux étiquettes c'est donc aux actes qu'il faut juger les intéressés... or au pouvoir, l'AKP le parti de Gül s'est avéré un parti conservateur libéral qui a fait parcourir à la Turquie un train inédit de réformes, notamment vis à vis du rapprochement européen... Aujourd'hui Gül promet qu'il respectera les principes laïcs de la Turquie... le chemin ne sera certes pas facile à parcourir mais si la Turquie y arrive elle validera de façon ultime la force du modèle européen ... et le Soir conclut... preuve sera donc faite que ce modèle fonctionne quelle que soit la religion où les racines culturelles dominantes!... l'Europe en somme a donc bien besoin de la réussite de Gül! Même enthousiasme et même espoir du côté de l'Independent en Grande Bretagne...l'élection de Gül clôt de la meilleure manière un chapitre tumultueux de l'histoire de la Turquie... écrit notre confrère... parce qu'elle prouve la solidité des institutions turques... malgré la division profonde du pays entre les laïcs et les islamistes et malgré le poids toujours inquiétant des militaires... Gül dont le parti islamiste a été massivement plébiscité lors des élections législatives de juillet accède au pouvoir de la manière la plus légitime qui soit... son avènement sonne donc comme une réconciliation de la société turque... et c'est aussi une chance de montrer au monde que l'islam peut coexister avec la démocratie et l'état moderne... c'est d'ailleurs le préalable à l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne... et la Turquie pourrait donc devenir un modèle pour d'autres pays qui doivent faire face à ce grand défi de notre siècle! Beaucoup plus perplexe en revanche la Stampa s'inquiète... La nouvelle n'a rien de rassurant écrit le quotidien italien... parce que l'élection difficile d'Abdulla Gül à la tête de la Turquie ouvre une nouvelle phase d'incertitude non seulement dans le rapport compliqué qu'entretient le pays avec l'Union Européenne mais aussi et surtout au sein de la Turquie elle même... c'est là que le risque est le plus grand... considère notre confrère italien.... parce que ce nouveau président stigmatise la division intrinsèque de toute la société turque... cet homme de 56 ans... est un homme d'ombre et de lumière extrêmement habile politiquement... D'aspect occidental il a été formé dans une université britannique... il donne tous les signes et fait toutes les promesses de modernité... mais c'est également un homme au passé islamique qui ne craint pas d'afficher en public son épouse voilée alors que la loi turque l'interdit... Alors certes l'UE l'accueille avec diplomatie mais sans pour autant cacher ses doutes et ses préoccupations... car Abdullah Gül peut être l'homme du rapprochement européen mais il peut aussi être celui qui fera subrepticement passer la religion avant la laïcité en Turquie! C'est là tout le paradoxe de cette nouvelle présidence... un véritable test de maturité pour l'état turc... comme le titre le Spiegel en Allemagne... après des mois de querelles et de débats écrit le journal... la photo qui s'affiche ce matin dans toute la presse est très symbolique ; un homme à l'aspect occidental accompagné de sa femme voilée... voilà le nouveau président de la Turquie... les laïcistes radicaux ont tout fait pour empêché ça... et ce matin ils sont sonnés... l'élection de Gül dit le Spiegel met donc fin à une crise politique qui dure depuis plusieurs mois et elle brise aussi l'un des plus fort tabou turc... à savoir que le pouvoir doit être laïc... alors nombreux sont ceux qui craignent que Gül ne détruise cette séparation entre la religion et l'état ... et qu'il impose l'islam à toute la Turquie... mais il a promis que non... et on doit le croire dit le Spiegel car c'est un homme ambitieux oui mais surtout un politique réaliste capable de compromis... c'est lui rappelle le journal ... qui a poussé son parti à abandonner l'idée de faire de l'adultère un délit puni par la loi ... alors en Turquie l'espoir est grand aujourd'hui de le voir agir comme un médiateur qui peut résoudre le conflit entre les religieux et les laïcs... une mission très difficile... conclut le Spiegel Mais c'est bien "le pari de cette élection turque" titre le journal le Temps... depuis hier soir l'armée turque qui se pose en garante de la laïcité depuis la révolution Kémaliste de 1923 est dirigée par un président issu de la mouvance islamiste... l'image n'est pas banale et certains craignent un nouveau coup d'état militaire... peu probable dit le quotidien suisse... parce que les élections ont légitimé le nouveau président... mais le danger vient d'ailleurs considère le Temps... le scénario optimiste qui voudrait voir la Turquie devenir un modèle de réconciliation pour l'ensemble du monde musulman... ce scénario auquel l'occident n'osait plus croire tellement nous sommes repliés dans des schémas culturels associant l'islam à la terreur... ne sera pas facile à réaliser... car la réalité est un plus complexe... le succès de Gül dépasse largement le clivage entre laïc et religieux... explique le Temps... le nouveau président a surtout été porté par une excellente conjoncture économique... et on ne doit pas écarter l'hypothèse de voir un jour son parti se replier sur des valeurs islamistes tout simplement pour cimenter son électorat en période de crise!... c'est là le défi du nouveau président et c'est surtout un défi pour toute l'Europe rajoute el Pais... dans un article intitulé « l'anomalie turque »... car l'Europe ne peut qu'espérer le succès de l'exercice du pouvoir par des islamistes modérés qui disent vouloir respecter les règles de la laïcité ... La véritable anomalie turque n'est pas dans l'accession d'un ancien islamiste à la présidence non... c'est bien plus la persistance au pouvoir des militaires... les menaces de coups d'état qui planent sans cesse sur l'échiquier politique turc sont bien plus inacceptables dans un pays qui veut rejoindre l'Europe que le port du voile... la nouvelle situation politique de la Turquie est en ce sens une véritable chance pour la Turquie... mais aussi pour l'Europe conclut el pais qui doit absolument accepter l'islam comme pendant légitime de la diversité culturelle européenne!

Références

L'équipe