France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Bonjour thomas bonjour à tous Dites moi ...qu'est qui vous fait rire vous? et bien c'est la question que s'est posée aujourd'hui le quotidien de Barcelone la Vanguardia tout simplement parce qu'il évident que l'humour est le miroir des valeurs de chaque époque de notre société... et c'est en s'appuyant sur diverses études et en allant rencontrer des chercheurs et des humoristes que le journal arrive à cette conclusion qui n'a rien d'un scoop... nous sommes plus que jamais dans l'ère du politiquement correct... et particulièrement en Espagne ou ces deux dernières décennies l'humour a changé de manière radicale... auparavant il était de bon ton de faire rire avec des blagues machistes... d'ailleurs les hommes et les femmes de 50 ans continuent de s'en délecter... sauf que maintenant il s'en excusent presque parce que ce genre de mots scandalisent les plus jeunes... Plus question de rire des femmes... ce sont les femmes qui rient des hommes au grand dame des plus anciens Plus question non plus de se gondoler des blagues sur les curés ou sur l'armée...ni sur l'alcool les drogues les cigarettes et surtout... confesse les humoristes... il faut faire en sorte absolument que l'humour ne fasse de mal à personne... « faites une blague sur un beg... et vous êtes poursuivis en justice par des associations de protection du handicap... et je ne vous parle même pas de suggérer un quelconque commentaire sur l'homosexualité... Non aujourd'hui résume un spécialiste interrogé par le journal... être différent, original, est une valeur essentielle de notre société... une valeur que l'on ne doit pas dénigrer...l'humour doit avant tout être « gentil » donc En revanche, il est souvent grossier et vulgaire... parce que l'emploi de grossièreté est devenue tellement banal qu'on ne le remarque même plus... mais il y a plus continue la Vanguardia... notre humour est à l'image d'une société ultra rapide... qui refuse la critique et quelconque sujet conflictuel... une société superficielle avec un humour fade donc ... un humour qui a en plus tendance à l'uniformisation... Est ce la raison pour laquelle toute la presse européenne semble vouloir rire de la même chose ce matin... Et vous savez de quoi elle rit ?... et bien de notre ministre de la justice... ou plutôt du mystère de sa bague à 15 mille euros... c'est le titre de l'Independent en Grande Bretagne ce matin... voilà une affaire pour le commissaire Maigret ou plutôt pour l'inspecteur Clusot... commence l'article britannique en référence au héros de la série culte la panthère rose... Qui a volé la bague de la très controversée Rachida Dati? et le journal explique... sur la une du Figaro mercredi matin... la ministre apparait les mains croisées sans bague... sauf que la même photo avait été utilisée par le Guardian en juin dernier... et sur cette photo originale... et bien la grosse bague bien bling bling de la ministre apparaissait sans complexe... interrogé, le Figaro a fini par se confesser... il a sciemment effacé la bague de la main de Rachida...pourquoi ?... interroge l'Independent... réponse contrite du quotidien de droite... nous ne voulions pas que la bague devienne un sujet de débat... nous nous sommes trompés... ça n'arrivera plus et l'Independent conclut... est ce que tout cela n'est pas surtout lié à une directive du président Sarkozy ? pourtant connu pour son bling bling et qui dernièrement a demandé à ses ministres d'éviter de trop montrer leur richesse en cette période de crise on peut s'interroger tout de même sur l'indépendance des journalistes du Figaro non?... continue la Stampa en Italie qui s'inquiète.... que la télévision ne fasse pas de l'information mais du spectacle de l'évènement... cela on le sait depuis longtemps... et le public n'est plus dupe... mais ce que dit cette petite histoire de presse est grave... elle souligne ce changement radical du métier de journaliste dont le rôle n'est plus d'informer mais de communiquer... aujourd'hui si vous voulez une information correcte... il faut avant tout vous poser la question du message que veut faire passer le média... qu'il soit politique ou publicitaire... une fois entendu le message, vous aurez peut être la chance d'avoir en sous main un trop petit morceau d'information L'heure a changée... et pour les politique aussi... fini l'euphorie avec cette crise... rajoute le Corriere della Serra... et la ministre française est le plus bel exemple... parce que ses robes Dior qui voulait la faire passer un top model mais intellectuel, n'ont ravi ni les juges ni l'opinion française...qui semble s'être lassée de l'ère bling bling de son président car la France comme toute l'Europe met la barre à bâbord toute! Titre la Vanguardia... à gauche donc et ça en devient complètement déroutant... rajoute le Temps... l'extrême gauche panique... puisque même la droite se met à prôner la justice sociale pour réparer l'économie de marché... et la droite panique également parce que les plus libéraux se mettent à demander l'intervention de l'état dans l'économie ah nous sommes bel et bien à un tournant... renchérit toute la presse... qui ce matin, applaudit... cette décision historique d'un juge américain qui pour la première fois depuis 7 ans a ordonné la libération de 5 détenus de la prison de Guantanamo ... pour manque de preuve tout simplement c'est l'épilogue de l'ère Bush et la fermeture de cette prison scandaleuse est un symbole... écrit le Soir en Belgique... C'est la victoire de l'habeas corpus... renchérit le New York Times aux états unis la marque de l'ère nouvelle d'Obama... qui a promis de fermer Guantanamo... rajoute le Telegraph c'est surtout le fruit des efforts du travail de nombreux avocats et défenseurs des droits de l'homme rajoute.... al jazzera... mais reste de nombreux problèmes explique le temps comme un article de Newsweek cette semaine... fermer Guantanamo est plus facile à dire qu'à faire... car 50 prisonniers ont déjà été innocentés...sauf qu'il restent à Guantanamo parce qu'ils n'ont nul part où aller...e t que la loi américaine interdit de renvoyer un individu dans un pays où il risque des persécutions et puis il y a les détenus soupçonnés de terrorisme qui doivent être jugés... et que l'Amérique juge trop dangereux pour être relâchés en attendant... il faudra bien les accueillir dans une prison quelconque... écrit Newsweek... or aucun état ne semble vouloir d'eux... Enfin reste les complications judiciaires de tous ces présumés terroristes... notamment parce que la CIA craint qu'ils soient innocentés parce qu'ils ont été détenus en dehors du droit et non sur les preuves de leur innocence ou de leur culpabilité Ainsi termine Newsweek malgré les apparences, on est bien loin d'avoir refermé la fameuse guerre de W contre le terrorisme!... bien loin du changement historique...

Références

L'équipe