Publicité
En savoir plus

Bonjour Ali bonjour à tous Ah.... Heureux les pays qui manquent d'histoire... Ainsi commence l'éditorialiste d'el Pais ce matin avant de poursuivre en expliquant... et la Suisse, cette confédération de 26 cantons... ce supposé oasis de paix et de prospérité en Europe ... semble plus que jamais aujourd'hui adaptée cette bienheureuse monotonie existentielle! Et pourtant... cette « Suisse au dessus de tout soupçon » comme ironisait le sociologue Jean Ziegler menace de prendre un curieux tournant ... de virer carrément vers la xénophobie! Un tournant qui a de quoi inquiéter l'Europe ....reprend en choeur la presse européenne qui pourtant s'intéresse beaucoup plus ce matin il faut le dire aux élections en Pologne .... Des élections qui semblent aller dans l'exact sens inverse des suisse: puisque comme le titre le Soir en Belgique... "Enfin... la Pologne sort de sa torpeur... elle sera mieux en Europe et l'Europe mieux en Pologne... le rideau tombe sur cette Pologne des jumeaux Kascinsky... cette affaire de famille mal gérée .... ce théâtre à l'UBU ... autoritaire... paranoïaque obsédé par sa décommunisation ... complexé et ridiculisé à l'étranger... mais c'est fini... les polonais ont choisi l'ouverture... ouf! ouf ... c'est vrai... répète la Stampa Italie mais qui rajoute toute de suite sur la page d'à côté ... mais tournons nos regards maintenant vers la Suisse... car la Suisse elle, en revanche part encore plus à droite ! Quand le racisme rapporte des votes en Suisse... titre l'Independent britannique C'est un raz de marée populiste en Suisse dit la presse belge Alors la démocratie est elle en débâcle en suisse ?... s'interroge le Spiegel qui comme le site de Rue 89 et ceux de la Deutsche Welle et de la BBC se plaisent à rappeler qui est exactement le vainqueur de ce scrutin suisse c'est l'actuel ministre de la Justice Christophe Blocher ... le chef du parti du peuple suisse... dit le Spiegel... lui qui a non seulement dominé les affaires au gouvernement depuis 4 ans tout en parvenant à faire passer son parti (pourtant au pouvoir) pour un parti d'opposition !!!... ubuesque là encore... mais pas drôle... parce que la Suisse vient de vivre la plus dégoutante campagne électorale de toute son histoire... une campagne faite de xénophobie et de violence de rue... une campagne orchestrée par le vainqueur du scrutin Christophe Blocher!... Un tout petit homme de 67 ans... continue le site du journal allemand... arborant ventre rond costume gris et un style d'homme du peuple... il a d'ailleurs fondé toute sa carrière sur cette faculté à savoir parler simple... voir simpliste dit encore l'article... comme cette fameuse expression du "mouton noir" que la Suisse doit bouter hors de ses frontières... pour résoudre tous ses problèmes Même Jean Marie le Pen n'a jamais osé aller aussi loin dans la provocation renchérit Rue 89... hostile au naturalisations des étrangers non européens, le parti de Blocher l'UDC, ose ainsi placarder la reproduction d'une carte d'identité suisse avec le portrait d'Oussama Ben Laden... L'un des bras droit du chef auquel le parti voue d'ailleurs un véritable culte... n'hésite pas non plus à déclarer « soutenir l'égalité des chances, signifie actuellement ramener les élèves doués au niveau des requérants d'asile angolais »... bref continue l'article... l'UDC qui est devenue une véritable machine de guerre politique ...affiche ouvertement sa xénophobie, son racisme sans le moindre complexe... ni le Front National ni le parti de Jorg Haïder en Autriche n'avaient non plus eu l'audace de rappeler que les femmes feraient mieux de rester à la maison pour s'occuper des enfants... Blocher si ! Alors pourquoi ...comment un tel résultat ????? s'interroge l'article.... et bien le problème c'est que la vie politique suisse jusque là ennuyeuse à mourir est devenue tout d'un coup un spectacle croustillant passionné! et surtout ... tous ceux qui ont peur de l'Europe de la mondialisation du brassage culturel ont vu en Christophe Blocher le sauveur dont ils ont tant besoin! et ce ....même si l'on nage en plein paradoxe rajoute el Pais... parce que la Suisse a été durant des décennies la patrie professionnelle de millions d'immigrants... les étrangers représentent 20 % des 7 millions d'habitants de la confédération... alors bien sûr avec cette tendance au durcissement identitaire qui a envahi toute l'Europe, la Suisse ne pouvait pas échapper au débat sur l'hélvéticité... mais... rajoute le journal le fait est que son économie a énormément besoin de la main d'oeuvre immigrée... c'est ainsi que malgré les appels à l'intolérance, Blocher n'a jamais osé durant ces 4 dernières années organiser des charters d'expulsions ... trop dangereux pour l'économie suisse et pour ses propres affaires industrielles ... suggère l'article espagnol Alors ce nouveau triomphe de la droite nationaliste et antieuropéenne ne serait que de la poudre aux yeux ?... du mauvais spectacle politique ? finalement se demande la Stampa? Peut être... en tout cas rien ne dit que ce résultat va changer radicalement le visage de la Suisse.... parce que l vainqueur va maintenant devoir négocier avec ses concurrents... et notamment avec les verts qui arrivent derrière lui ... lui, Blocher, qui ne fait ricaner lorsqu'on lui parle d'écologie!... le jeux des alliances peut donc commencer... en suisse aussi! Mais non ...quelque chose a définitivement changé dans la vie politique suisse... et décidément la Suisse ne se ressemble plus ! se lamente ce matin le quotidien le Temps en Suisse L'énorme percée de L'UDC en 99 avait été vécue comme une perturbation exceptionnelle et donc sans lendemain dans un système où la stabilité l'a toujours emporté sur le mouvement... puis il y a eu 2003 et maintenant 2007... une victoire intégrale pour l'UDC... car jamais un parti n'avait aussi clairement pris le leadership politique dans le pays.... Ce ne serait rien ... rajoute le Temps ... si en face le parti socialiste ne subissait un recul sévère... car le PS en suisse est en panne de son destin comme ses alters égos français et allemand ... à force de ne pas choisir entre ses ailes sociales et centristes entre la défense des petites gens et les bobos et bien il perd sur les deux tableaux... et ce sont les verts qui raflent la mises en surfant sur la mode du réchauffement climatique et surtout sur cette envie de changement ! Car les votes ont été collectés sur les peurs... analyse la Tribune de Genève... avec des réponses simples claires charismatiques... il ne s'agit pas comme le disent les socialistes du fruit d'une campagne très couteuse du multimillionnaire ministre de la justice... car les verts ont eux un budget ridicule... non, la déroute socialiste est la preuve de leur désuétude... ils sont déconnectés de leur base, ne répondent plus aux interrogations notamment sur la mondialisation! Et c'est grave pour la Suisse dit le journal... parce que ça met fin à un équilibre mécanique savant... le centre disparait... et la politique de la concordance est menacée ... et ce dans une démocratie que l'on croyait rompue ! C'est ainsi poursuit le Temps comme la Liberté toujours en Suisse... que ces élections ont révélé la très forte normalisation de la Suisse qui fait de moins en moins exception dans le paysage européen... d'abord il y a la quadrature du cercle... dit la Liberté... qui voudrait que nous trouvions maintenant un socle programmatique entre 3 blocs politiques que tout oppose... ce jeu des alliances politique finalement très européen ! et puis il y a cette dérive identitaire... Une dérive qui a d'ailleurs envahit l'Europe écrit la Libre Belgique car le monde est devenu avide de fondements identitaires... et qu'il est vrai que les démocraties ne peuvent pas s'empêcher de concilier avec ces traditions du peuple... alors bien sûr on peut gloser sur les limites de nos démocraties... le fait est qu'il y a une chose que l'Europe doit faire en priorité... elle doit prendre ce taureau de la politique de l'immigration par les cornes qui a constamment échappé à des générations de dirigeants... ... car s'il est difficile de construire une Europe plus juste et multiculturelle, le fait de ne pas régler ce problème risque d'être bien plus couteux... il faut comprendre que c'est la succession des identités nationales qui empêche la consolidation d'une identité européenne... alors l'immigration est sans aucun doute le vrai défi à relever après Lisbonne!

Références

L'équipe