Publicité
En savoir plus

Bonjour, Deux procès spectaculaires se partagent ce matin les colonnes de la presse européenne Le premier vient de s'achever en Suisse et l'autre s'ouvre à Milan Et en Suisse "c'est un verdict choquant qu'ont rendu les juges hier" titre le site du Spiegel ce matin qui raconte : « Le plus important procès pénal de l'histoire de l'économie suisse s'achève avec l'acquittement ... et l'indemnisation des 19 accusés...c'étaient tous des anciens dirigeants de la compagnie aérienne Swissair, un fleuron de l'économie suisse, reconnu pendant des années pour son efficacité et sa qualité... mais qui a disparue en 2001 à cause d'une gestion ruineuse ... et d'une dette de 11 milliards et demi d'euros...en laissant sur le carreau près de 15 mille employés » et la Libre Belgique continue.... après un procès fleuve de 7 semaines qui visait à essayer de comprendre la plus grosse faillite jamais survenue en Suisse.. l'avocat général avait réclamé des peines de prison ferme allant jusqu'à deux ans et demi et des amendes pouvant atteindre les 620 mille euros... mais le jugement du Tribunal de Bulach dans le nord de Zurich en a décidé autrement... il a relaxé tous les dirigeants dont le dernier patron de Swissair Mario Corti ... tous blanchis de l'accusation de gestion déloyale... et l'article précise... si la relaxe était attendue, parce que les avocats avaient plaidés la non intention de nuire... certainement pas les indemnités... d'autant qu'elles sont importantes Le total dépasse les 400 mille euros ... précise le Soir toujours en Belgique dont le reporter donne la parole aux personnes présentes lors du procès « C'est une honte! » s'insurge par exemple un représentant syndical ... « non seulement la compagnie a été ruinée par ces gens qui font partie de l'élite économiques et financière suisse mais en plus le contribuable suisse va devoir les indemniser... c'est révoltant ... » « le cas de Mario Corti est particulièrement dur à digérer » rajoute un autre... « car rappelez vous Corti avait quitté son poste de directeur financier chez Nestlé pour relever Swissair ... mais il avait avant toute chose exiger cinq ans de salaire dès son embauche soit 12 millions de francs suisses, et ce malgré l'état désastreux de la compagnie... alors vous comprendrez que son indemnité pose un vrai problème moral... » C'est que « même la nullité économique s'absout »... titre la Tribune de Genève qui ne cache pas sa colère "dire que le procès Swissair est une sombre et couteuse plaisanterie est un euphémisme, c'est une farce judiciaire ... qui s'appuie sur le fait qu'en suisse contrairement aux Etats Unis par exemple, une mauvaise conduite des affaires n'est pas punissable en soi... rien ne sanctionne l'incompétence l'arrogance la mégalomanie ou l'indolence lorsque vous êtes dirigeant ou administrateur d'entreprise! Vous explosez des milliards de franc publics, vous rayez des milliers d'emplois, vous camoufflez des milliards de dettes et tendez la main au contribuable... la belle affaire!... c'est la faute à pas de chance dit la justice... la faute à la mondialisation, au 11 septembre, à la non entrée de la Suisse dans l'espace européen... alors on comprend que le verdict Swissair ait infligé un coup du lapin aux citoyens helvétiques... sonnés écoeurés... ils ne peuvent constater qu'une chose ... la Suisse ne fait pas comme les Etats Unis où la justice inclus une forte notion morale dans les affaires économiques (infligeant des peines de 20 ou 30 ans pour les patrons d'Enron)... non conclut le journal, le système judiciaire suisse est d'une indécence formidable... car il absout d'emblée les grands maitres du jeu financier mais c'est plus compliqué que ça ... semble lui répondre son confère du Temps... car la question touche à la limite délicate à tracer entre ce qui relève de la justice pénale et ce qui n'en relève pas... et la question de leur culpabilité pénale était dés le départ difficile à prouver ... ils ont d'ailleurs tous plaidé la bonne foi, la non intention de nuire... Mais est ce à dire continue l'éditorialiste suisse que ce procès ne servait rien ?... non bien au contraire...car le sens d'un procès n'est pas d'aboutir à tout prix à des condamnations.... bien sûr les milieux économiques sont rassurés ... ils craignaient que si les accusés étaient condamnés alors à l'avenir les juges deviendraient arbitres d'une erreur de stratégie dans toute entreprise menaçant ainsi la liberté entrepreneuriale! Bien sûr on comprend la colère de ceux qui ont perdu leur emploi leurs ressources et la confiance en un certaine image qu'ils se faisaient de la Suisse... Mais nuance le Temps... l'acquittement des accusés ne signifient pas qu'ils sont responsables de rien... des fautes civiles ne sont pas exclues et elles peuvent valoir aux anciens dirigeants de payer des sommes se chiffrant en centaine de millions pour leurs erreurs de gouvernance ...alors l'affaire est loin d'être finie conclut le Temps... et les dirigeants n'ont pas fini de rendre des compte au victime du désastre de Swissair En attendant c'est un autre procès qui s'ouvre à Milan aujourd'hui... un procès qui intéresse aussi tout particulièrement la presse suisse puisqu'il s'agit du premier procès ayant trait à une affaire révélée en premier par des journalistes helvétiques en 2005... Celle des Vols et prisons secrètes de la CIA en Europe! 26 agents américains sont jugés par contumace pour l'enlèvement d'un imam... raconte le Temps... mais aucun d'entre eux ne sera présent ce matin dans le box... pourtant le procès qui s'ouvre à Milan n'en est pas moins retentissant... car pour la première fois des agents sont appelés à répondre de leur rôle dans les vols secrets de la CIA en Europe...cad de transferts illégaux de détenus dans le cadre de la lutte contre le terrorisme internationale... Concrètement précise le quotidien suisse... ils seront jugés pour leur participation présumée à l'enlèvement à Milan le 17 février 2003 d'un imam égyptien Abou Omar soupçonné d'appartenir à un réseau terroriste... ses avocats assurent qu'il a ensuite été emmené en Egypte où il aurait été torturé... Abou Omar non plus ne sera pas présent ... rajoute l'article... maisça n'enlève rien à la valeur de ce procès capital parce qu'il risque de faire en partie la lumière sur ces vols secrets de la CIA vivement dénoncés par le parlement européen... mais conclut le Temps... reste à savoir si le procès aura bien lieu aujourd'hui... car le contexte est des plus mal choisi... le président du conseil Romano Prodi ne le voit pas d'un très bon oeil puisqu'il craint qu'il n'empoisonne ses relations avec Washington le jour même où Georges Bush est attendu à Rome! D'autant que ni les américains ni le gouvernement italien ne coopèrent pour faire la lumière sur cette affaire rajoute le site de la BBC... et on le comprend écrivent de nombreux éditorialistes italiens... les services secrets italiens qui étaient certainement complices actifs de cet enlèvement ne veulent pas voir leurs secrets révélés au grand jour... et ce quelque soit les pressions exercés par les députés européens et parmi elles rajoute encore la BBC... il y a ce rapport rendu public aujourd'hui et qui accuse les états européens d'avoir fermer les yeux sur des pratiques pourtant totalement contraires aux conventions internationales et c'est bien ça qui est en jeu lors de ce procès de Milan considère l'international Herald Tribune ce matin... le débat n'est pas de savoir si la CIA ou les services secrets italiens ont organisé l'enlèvement d'Abou Omar... la réponse est oui et tout le monde le sait parfaitement... mais la vraie question est autre... la vraie question que pose ce procès dit le journal est celle-ci : les enlèvements et vols secrets de la CIA sont ils ou non des crimes dans le contexte de la guerre contre le terrorisme ? Une question épineuses et compliquée écrit l'IHT qui risque non seulement de nuire aux relations entre Washington et Rome mais qui risque aussi de créer un véritable scandale aux Etats Unis ainsi que de nombreux remous dans des pays comme l'Egypte dont le gouvernement n'a fait comme d'habitude qu'obéir aux ordres de Washington... on comprend alors pourquoi, tout le monde veut faire ajourner ce procès.... Car c'est un procès dont les petits secrets révélés au grand jour risquent de souligner l'évidence... écrit le Guardian en Grande Bretagne... à savoir que dans cette guerre contre le terrorisme les alliés sont bel et bien devenus des vandales !

Références

L'équipe