France Culture
France Culture
Publicité

Bonjour Ali bonjour à tous C'était une fuite obtenue et publiée hier dans le quotidien el Pais... mais ce matin c'est officiel et c'est sur les unes de tous les sites internet de la presse espagnole "L'organisation séparatiste basque ETA annonce la fin du cessez le feu à partir de demain mercredi!" Et tous les journaux publient ce matin la traduction du communiqué de l'ETA publié en basque dans Berria... " le talent de Zapatero s'est converti en un fascisme qui nie le droit des citoyens et des partis basques" titre ainsi el Mundo qui donne la version intégrale du texte... voici venu le temps des éclaircissements et tous les basques doivent savoir que les masques sont tombés... notre terre basque souffre d'un manque de démocratie, les élections municipales récentes l'ont montré, nous vivons dans un état d'exception et nous ne pouvons pas continuer à fermer les yeux sur la mascarade proposée par le parti nationaliste basque (parti autorisé par le gouvernement de Madrid) parti dit le communiqué dont la fringale d'enrichissement est sans limites, alors que la voix de milliers de basques est quotidiennement ignorée par le système en place. Depuis le 24 mars 2006, l'ETA avait proposé de suspendre la lutte armée en échange de négociations avec le gouvernement espagnol... mais ce gouvernement n'a répondu que par des détentions, des tortures et des persécutions de toutes sortes... ainsi nous n'avons plus d'autre choix continue le texte, que de reprendre les armes pour défendre ce peuple que nous aimons tant ... nous appelons donc les citoyens à se rebeller selon leurs moyens et leurs possibilités contre une démocratie corrompue contre l'espagnolisme rampant ... Il faut agir sur tous les fronts afin d'engager véritablement la libération du territoire de langue basque et ce jusqu'à l'indépendance... ce future est entre nos mains conclut l'ETA et nous y parviendrons... la trêve expire donc à minuit ce mercredi 6 juin!" « l'ETA refait surface »... titre alors dans un autre article el Mundo qui rappelle néanmoins que depuis l'attentat du 30 décembre dernier, on ne croyait plus vraiment à ce cessez le feu... d'autant que l'explosion de cette bombe dans l'aéroport de Madrid avait tué deux personnes... devenant ainsi l'action la plus meurtrière du groupe terroriste depuis trois ans et demi ... et interrompant de fait les efforts de paix du gouvernement de Zapatero... et l'article conclut... ce communiqué officiel ne fait donc que souligner l'échec cuisant de Zapatero qui souvenez vous avait fait de la recherche de la paix avec ETA l'une des priorités de son mandat. n'empêche il y a de quoi frémir lorsqu'on lit que » tous les front sont ouverts pour cette lutte armée »... titre la Razon... qui est allé interroger des experts antiterroristes pour tenter d'interpréter ce texte... apparemment ETA viserait la Catalogne et tous les partis politiques qui ont collaboré avec le gouvernement... " la liberté des basques a comme ennemi numéro la trahison" dit le texte... cad les candidats de l'action nationaliste basque qui ont été autorisés à concourir lors des dernières élections municipales remportant ralliant les voix de l'aile politique de l'ETA, le Batasuna... un "geste" du gouvernement espagnol explique la Razon, qui n'a pas néanmoins pas convaincu les Etaras bien au contraire Alors pourquoi ce cessez le feu de 15 mois a-t-il échoué ...s'interroge le quotidien... le problème c'est que le processus de paix engagé par Zapatero ne faisait pas l'unanimité dés le départ... puisqu'il n'a jamais reçu le soutien de la droite... ensuite l'erreur de Zapatero est d'avoir d'abord fait passer la paix avant la négociation politique puis finalement la négociation politique avant la paix... revirement que les Etaras ont à raison interprété comme un signe de faiblesse... En réalité conclut la Razon, l'entreprise de Zapatero a pêché par son manque d'expérience, l'attentat du 30 décembre l'avait d'ailleurs montré... le gouvernement pavanait le 29 en assurant que les négociations avec les indépendantistes basques allaient au mieux au moment même où l'ETA posait sa bombe... preuve que décidément à Madrid on était bien mal informé Alors tous les experts s'accordent à le dire rajoute le conservateur ABC...l'ETA entre dans une nouvelle phase plus musclée, faite d'ultimatums et de pressions au gouvernement de Zapatero pour le forcer à répondre à ses exigences... Pas question d'accorder aux socialistes ce calme relatif qui leur a permis de garder la tête haute lors des élections municipales... c'est ce que veuty dire ce communiqué : pour le scrutin général de 2008, les terroristes basques seront au rendez vous, et se lanceront dans une offensive terroriste en bonne et due forme s'ils ne sont pas entendus... voilà qui risque de conduire Zapatero à une défaite certaine... conclut ABC... les termes du chantage sont donc posés Mais ETA a t elle les moyens de cette violence ? c'est la question que la presse espagnole ce pose ce matin avant de répondre presque unanimement ... oui et c'est bien là le problème... à en croire le gouvernement de Madrid écrivaient hier el Pais comme la Vanguardia... elle risque de commettre un attentat de petite envergure avant le mois d'août prochain justement pour prouver sa capacité opérationnelle... de toute façon c'était dans l'air écrit le quotidien de Barcelone, le porte parole de Batasuna, l'aile politique d'ETA avait prévenu la semaine dernière qu'il ne savait plus avec qui négocier et que la trêve signée en mars 2006 n'avait pas permis d'accélérer le processus de solutions et d'accord bien au contraire ! et dans le même temps précise el Pais, la bande terroriste avait aussi envoyé des lettres d'extorsion à tous les entrepreneurs du pays basque et de Navarre afin de récupérer jusqu'à 150 mille euros (pour financer sa lutte)... une pratique de chantage financier qui d'ailleurs n'avait pas cesser durant la trêve même si le ton de ces missives qui exigent des versements s'était fait plus politiquement correct... Depuis quelques semaines tous les symptômes d'un retour à la violence étaient donc réunis ...écrit l'éditorialiste du quotidien madrilène... qui précise que depuis quarante ans et les multiples trêves et cessez le feu on connait trop bien ce processus fait d'espoirs sans cesse déçus Mais cette fois « l'ETA cherche des prétextes » titre l'édito... Car l'organisation se distingue des autres formes de criminalité en ce sens qu'elle recherche sans cesse une légitimité... elle n'a pas besoin de raisons mais de prétextes... le traumatisme qu'à causé en 1999 la rupture de la trêve au sein de sa base sociale et populaire explique ce type de justification... Ces derniers jours les Etaras ont donc multiplié les signes qui visaient à montrer l'intransigeance du gouvernement de Madrid et de son allié basque, le Parti nationaliste... des signes qui visaient à faire croire qu'il n'y avait plus d'autre recours que la fin du cessez le feu mais explique el Pais ... le vrai problème c'est qu'on leur proposait au contraire une série de concessions qu'ils ne pourraient à terme pas refuser... un compromis vers l'autodétermination du pays basque qui sonnerait à terme le glas de cette bande terroriste... Alors l'ETA n'avait pas le choix en effet écrit el Pais... et elle n'est finalement aujourd'hui plus que cela: une bande armée qui recherche des prétextes pour continuer à exister... mais alors que tout le monde ne veut plus que la paix, elle ne trompe plus personnes et certainement pas les basques.

L'équipe