Publicité
En savoir plus

Par Thomas CLUZEL

C'est l'histoire de quatre patrouilleurs de quartier ... quatre veilleurs de voisinage comme on les appelle ... obligés après une invasion d'aliens de sauver le monde en plus de leurs voisins ... Ce film ... "Neighborhood Watch" censé sortir sur les écrans américains l'été prochain n'était a priori pas censé faire les gros titres de la presse rapporte le NEW YORK TIMES ... Sauf ... sauf qu'en cette année d'élection présidentielle ... voilà qu'une affaire bouscule à présent le calendrier de l'industrie du cinéma ... Cette affaire ... vous la connaissez ... c'est celle d'un jeune adolescent de 17 ans ... ... Trayvon Martin ... noir ... tué le 26 février dernier par un vigile de quartier ... Du coup ... et depuis plusieurs semaines maintenant ... conscients du téléscopage hasardeux de l'actualité avec la sortie du film ... au générique duquel figure notamment Ben Stiller ... et bien les responsables de la Fox se battent pour essayer de reporter la sortie de ce que l'on nous présente comme la dernière comédie d'Hollywood ... Le problème ... c'est que la production a eu entre temps la malheureuse idée de diffuser une bande-annonce montrant les stars du film ... vêtues de noir ... en train de surveiller donc leur quartier ... l'un d'entre eux faisant même semblant de tirer sur un voisin écrit toujours le quotidien américain ... Des scènes qui ne figureraient pourtant même pas dans le montage final du film selon des responsables du studio ... Alors depuis cette bande-annonce a été retirée mais elle figure toujours sur Internet ...les affiches ont également été retirées avant d'être remplacées par des nouvelles dans les semaines à venir ... et la Fox a donc du exprimer sa sympathie à l'égard des personnes choquées par l'affaire Martin ... tout en précisant que le film n'avait absolument aucun lien avec les événements tragiques qui se sont produits en Floride ...

Publicité

Reste donc que ces évènements justement continuent de choquer l'Amérique ... d'autant que depuis ... d'autres tragédies à caractère racistes là encore ont fait les gros titres de la presse ... Il y eut tout d'abord cette jeune femme de 32 ans ... immigrée irakienne installée aux Etats-Unis ... battue à mort chez elle avec cette note retrouvée à ses côtés : «Retourne dans ton pays ... Tu es une terroriste» ... Et puis vendredi dernier ... trois hommes ... noirs eux aussi ont été tués à Tulsa dans le Sud des Etats-Unis ...

Autant d'évenèments donc qui tendent à prouver une nouvelle fois ... qu'un sentiment fait de racisme et de peur mêlés imprègne toujours les Etats-Unis ... C'est en tous les cas ce qu'analysait il y a peu un chroniqueur du MIAMI HERALD ... dans une tribune intitulée : Ils ne vous voient pas ... Et voilà ce qu'il écrivait : Tout Africain-Américain vit un jour cette expérience douloureuse ... ce moment où l'on réalise que quelqu'un regarde droit dans votre direction ... mais sans vous voir ... comme si vous vous étiez transformé en cellophane ... comme si vous vous étiez changé en air ... comme si d'une certaine façon vous étiez là sans l'être ... L'écrivain Ralph Ellison a décrit ce phénomène dans un roman célèbre qui commence ainsi : "Je suis un homme invisible ... Non rien de commun avec ces fantômes qui hantaient Edgar Allan Poe ... rien à voir non plus avec les ectoplasmes de vos productions hollywoodiennes ... Non je suis un homme re´el ... de chair et d'os ... de fibres et de liquides ... et on pourrait me^me dire que je posse`de un esprit ... Mais je suis invisible ... comprenez-moi bien ... simplement parce que les gens refusent de me voir."

Alors Trayvon Martin lui a été tué le 26 février dernier ... autrement dit 60 ans après la publication du roman de Ralph Ellison "Homme invisible, pour qui chantes-tu ?" ... Et bien entendu la question la plus brûlante est celle-ci poursuit le chroniqueur : en quoi exactement ce jeune était-il suspect ? ... Les éléments disponibles suggèrent une réponse simple et triste : il existait en tant que Noir ... Et peu importe de quelle façon il existait ... c'est le seul fait qu'il existât qui posait problème ... C'est l'une des grandes frustrations de la vie des Africain-Américains ... ces moments où l'on est là ... en train de vaquer à ses activités ... de s'occuper de sa maison ... de revenir des courses ... et les autres regardent droit dans votre direction mais ne vous voient pas en tant qu'individu ... Non ce qu'ils voient ... ce sont leurs superstitions ... leur paranoïa et leur culpabilité ... leurs terreurs et leurs vulnérabilités nocturnes ... Ils voient le coupable ... le suspect ... la photo d'identité judiciaire ... le visage sombre et terrifiant qui rôde devant la fenêtre ouverte de leur imagination débordante ... Ils voient l'inconnu ... l'inassimilable ... l'autre ... Autrement dit ... ils voient tout et surtout n'importe quoi sauf ... sauf vous ... Et leur aveuglement vous coûte cher ... Premièrement il vous coûte votre individualité sacrée ... Mais il peut aussi vous coûter un emploi ... des études ... votre liberté ... et si comme Trayvon vous n'avez pas de chance ... il peut même vous coûter la vie.

Alors avec l'élection de Barak Obama ... on aurait pu croire que cet aveuglement avait disparu ... Sauf qu'à l’approche de la nouvelle élection présidentielle ... la question raciale fait aujourd’hui un retour fracassant pouvait on lire récemment sur le site d'information américain POLITICO ... Alors ce facteur raciale décidera-t-il pour autant de l'issue du scrutin en novembre prochain ? Même s'il est pratiquement impossible d’évaluer précisément le rôle que jouera cette question en 2012 ... l’une des hypothèses est que les préjugés raciaux auront un impact moins important cette année qu’en 2008 ... notamment parce que les Américains sont davantage préoccupés aujourd'hui par leurs problèmes financiers ... A moins ... à moins de considérer que précisément c'est quand les temps sont durs ... que les attitudes racistes refont surface ...

Et bien entendu comme on dit au cinéma ou presque ... toute ressemblance avec d'autres échéances existantes … ne serait pas forcément fortuites.

Références

L'équipe

Thomas Cluzel
Production