France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

Bonjour ali bonjour à tous, Qui aurait pu dire il y a 700 ans aux papes Benoit 12 et Clément 6 que leur trésor le plus cher le plus colossal et le plus astronomique à savoir le palais d'Avignon allait servir de scène à un combat dialectique autour de cette question apparemment incongrue Faut il ou non dépenser de l'argent dans la culture particulièrement en ces temps de crise économique? Voilà la question qui intéresse el Pais à Madrid ce matin qui comme toute la presse espagnole fait bien sûr sa une sur l'arrestation du chef militaire présumé de l'ETA... Mais il n'est pas inutile de s'attarder sur cette réunion d'Avignon qui culmine ce soir.... continue le quotidien de Madrid parce qu'elle en dit long sur notre actualité elle révèle d'abord s'il en était encore besoin... l'intarissable campagne de marketing politique entreprise par le président français fusse au détriment de l'Union Européenne dont il a la présidence jusqu'à la fin de l'année... le forum d'Avignon ne semble lui servir qu'à une chose... écrit el Pais...promouvoir sa propre personne via une mise en avant éhontée de la culture française... il semble que le sujet de la réunion... « culture comme facteur de croissance » n'était qu'un prétexte... et de toute façon ce rendez vous passe pour une caricature de la vieille culture européenne ou devrait on dire de la culture de la vieille Europe... Parmi les petits fours et les discours pompeux d'une élite dépassée, seule la voix de Gille Lipovetski semble trouver grâce au yeux d'el Pais l'auteur de « l'ère du vide »... poursuit le reporter... a au moins eu le mérite de dénoncer la valeur mercantile comme étant l'unique et exclusive valeur de toutes les oeuvres d'art actuelle... les limites voir les oppositions entre la création culturelles , l'économie et les mass média n'existent plus... notre culture ne grandit plus qu'en terme de rentabilité, de croissance, d'exploitation touristique, ou de marketing ... et c'est la reconnaissance sociale de l'artiste qui a pris le pas sur son oeuvre... Pessimiste... termine el pais... sans doute... mais la réunion d'Avignon ne pouvait que lui donner raison tant elle souligne l'extrême enfermement de notre culture européenne et la Repubblica en Italie semble vouloir lui donner raison... voilà que l'on mélange l'art avec les hot-dogs... plus rien ne nous arrête aujourd'hui dit le journal qui dénonce la nomination par le ministère de la culture italien d'un nouveau super patron des musées... il s'agit de Mario Resca.... 62 ans... l'homme qui pendant 12 ans n'a dirigé rien d'autre que Mac Donald Italie... Alors la nouvelle étonne jusque la presse britannique ... le Guardian s'inquiète de ce mélange des genres qui souligne l'avènement d'une culture italienne sans complexe... l'objectif avec cette nomination qui n'est pas passée par les procédures d'appel d'offre habituelles est clair... faire de l'argent, réaliser des bénéfices et faire sortir les musées italiens de la zone rouge Peut on pour autant vendre Caravage comme un hot dog ?... s'indigne la Repubblica... on oublie que la culture si elle peut être rentable, doit être protégée avant d'être exploitée... les musées ne sont pas des entreprises... et nommer un historien d'art à la tête de Mac Donald aurait le même effet et susciterait la même indignation ! indignation mon oeil... semble répondre le Financial Times qui se penche sur cette Europe qui a bien du mal à s'habituer à un monde daltonien... culturellement la mondialisation pousse nombre d'européen au repli au racisme à une sorte de conservatisme et surtout mais c'est plus grave ... d'attentisme Est ce ainsi qu'il faut interpréter le peu de bruit que fait cette information reprise par le Spiegel ce matin et qui fait déjà scandale en Estonie même si Bruxelles tente de l'étouffer... pendant des années un fonctionnaire du gouvernement de Tallinn a passé des informations hautement confidentielles aux russes... des informations secrètes concernant l'Union Européenne et surtout l'OTAN c'est une histoire d'espion impressionnante ... écrit le journal allemand... Herman Simm et sa femme Heete avaient accès à tous les documents secrets qui circulaient en Estonie... armé d'une radio bidouillée qui fait figure de relique dans le monde de la consommation électronique il a passé aux russes toutes les analyses confidentielles sur la crise au Kossovo... la guerre en Géorgie et même le programme de missiles de défense en cours en Europe de l'est.... c'est un gros poisson donc dit le journal allemand d'où la marée d'enquêteurs qui a envahi Tallinn depuis son arrestation le 21 septembre dernier Impossible de savoir encore si Simm qui était en contact avec les renseignements russes depuis les années 80 a agit pour l'argent ou par idéologie... en tout cas vu le nombre de ses possessions immobilières... la fortune de cet homme qui est devenu progressivement l'un des plus haut fonctionnaire d'Estonie, n'est plus à faire Reste une inquiétude de taille que l'on murmure en off à Tallinn... c'est une catastrophe pour l'UE ... car cette affaire révèle plus que jamais l'extrême fragilité de l'Union Européenne face à la Russie il est fort probable que Moscou a encore de nombreux espions comme ce Simm au sein des pays membres de l'Europe ... dont la Russie ne cesse de se méfier alors il serait temps que l'Europe à son tour, commence à se méfier réellement de la Russie... rajoute la Vanguardia ce matin ... parce qu'il faudrait que l'Europe cesse ses illusions autour des belles photos du sommet de Nice ou du G20 de Washington... oui, il faut courtiser la Russie pour la puissance économique qu'elle représente... mais ne nous laissons pas berner...ni par le catastrophisme des anciens satellites dont la peur du russe brouille la vision... ni par un angélisme facile des pays de l'ouest plus occupés de porte monnaie et de radiateurs que de morale ou de justice.... Ainsi en ces temps de crise il n'y a pas que la culture qui souffre du monde de l'argent. Bonne journée

Références

L'équipe