Ai Weiwei dans son atelier, le 20 mai 2013 ©Getty - Gilles Sabrie
Ai Weiwei dans son atelier, le 20 mai 2013 ©Getty - Gilles Sabrie
Ai Weiwei dans son atelier, le 20 mai 2013 ©Getty - Gilles Sabrie
Publicité
Résumé

Artiste superstar, Ai Weiwei est aussi connu pour ses œuvres que comme figure politique de l'opposition au régime chinois. Son travail de plasticien autour de la place ménagée à la culture ancestrale dans la Chine moderne et ses prises de position publiques ne cessent d'ailleurs de se recouper.

avec :

Jean-Philippe Béja (sinologue, politologue, directeur de recherche émérite au CNRS et chercheur au Centre d'études et de recherches internationales (CERI/Sciences Po).).

En savoir plus

En 2011, lorsqu'Ai Weiwei est enlevé et détenu pendant 81 jours par le régime chinois, un mouvement de solidarité en sa faveur se déclenche dans le monde entier, de nombreuses institutions du monde de l'art prennent position en faveur de la libération de l'artiste, des manifestations et des récoltes de dons sont organisées en son soutien... Ai Weiwei avait déjà acquis une très grande notoriété publique depuis le début des années 2000 grâce à son blog, en participant à la construction du "nid d'oiseau" pour les jeux olympiques de Pékin en 2008 avant de se désolidariser avec fracas de cet événement, ou encore dans son combat pour que la clarté soit faite autour des victimes du séisme au Sichuan la même année. Toutefois, après cet événement et à sa libération, sa célébrité à l'échelle internationale est sans commune mesure avec ce qu'il avait connu jusqu'alors : lorsqu'il voyage ou qu'il en est empêché, manifeste en faveur de Julian Assange, ou reproduit en photo la position du "petit Aylan", tous ses coups d'éclat sont désormais bardés de caméras et de commentaires médiatiques.

Ainsi Ai Weiwei est-il devenu le représentant par excellence de la dissidence au régime chinois. Mais cette notoriété spécifique n'a-t-elle pas quelque peu gommé les singularités de son travail artistique ? Certes celui-ci a fréquemment croisé ses prises de positions d'activiste (notamment dans son travail de documentariste), mais il les dépasse amplement. Avec nos invité.e.s du jour, nous revenons donc sur le parcours d'Ai Weiwei, de l'influence de son père (éminent poète en exil) à celle de Marcel Duchamp, en passant par ses années d'apprentissage à New York, nous tenterons de comprendre en détail ce qui caractérise l'œuvre d'Ai Weiwei, ce qu'elle nous dit sur l'histoire récente de la Chine et au-delà.

Publicité

Romain de Becdelièvre nous entretient d'une rencontre inattendue entre l'artiste chinois et le compositeur toscan Giacomo Puccini : la Pièce jointe revient sur la mise en scène de Turandot par Ai Weiwei...

3 min

Les invité.e.s :

  • Judith Benhamou-Huet est commissaire d'exposition, journaliste, critique d'art et responsable d'un site sur l'actualité du marché de l'art, les Judith Benhamou-Huet reports. En 2018, elle a assuré le commissariat de l'exposition Ai Weiwei, Fan-Tan du Mucem à Marseille, dont le catalogue est paru la même année chez Manuella Éditions.
  • Jean-Philippe Béja est sinologue et directeur de recherche émérite au CNRS et au CERI Sciences-Po, spécialisé dans la vie politique en Chine et à Hong Kong. Il est également membre des comités éditoriaux de plusieurs revues scientifiques, parmi lesquelles Perspectives chinoises/China Perspectives, East Asia: An International Journal ou de The Journal of Contemporary China.
Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée