Alpinisme : ce que grimper veut dire

Un alpiniste devant les Tre Cime di Lavaredo, vers 1920
Un alpiniste devant les Tre Cime di Lavaredo, vers 1920 ©Getty
Un alpiniste devant les Tre Cime di Lavaredo, vers 1920 ©Getty
Un alpiniste devant les Tre Cime di Lavaredo, vers 1920 ©Getty
Publicité

L'alpinisme est souvent assimilé par ses pratiquants à un art de vivre et à une culture. La discipline a d'ailleurs été inscrite en 2019 au rang de patrimoine culturel immatériel de l'humanité, à l'UNESCO. Revenons à ses origines pour comprendre pourquoi il veut être davantage qu'un simple sport.

L'idée de grimper au sommet d'une montagne a longtemps parue aussi incongrue que dangereuse. Au cours des XVIIIe et XIXe siècle pourtant, alors que l'on unifie peu à peu l'espace terrestre en une seul totalité homogène, les projets de conquêtes des sommets se multiplient : d'abord à visée scientifique, ils n'ont bientôt plus d'autres fins que le simple fait de grimper. C'est ainsi que l'alpinisme moderne se développe dans les cercles fermés, bourgeois et aristocratiques, des clubs britanniques, où les membres sont essentiellement issus des universités anglaises et des classes privilégiées de la société de l'époque.

L'alpinisme se formalise ainsi sans véritable règlement et sans compétition, où la bonne conduite importe plus que le respect d'articles de loi dûment établis : il s'invente en éthique plutôt qu'en sport. Cette naissance de l'alpinisme dans les cercles les plus exclusifs de l'Angleterre industrielle imprimera durablement sa marque sur ses évolutions futures. Ainsi, lorsqu'on construit au XXe siècle un modèle héroïque de l'alpiniste vainqueur, valorisera-t-on davantage la figure de l'amateur qui a su mener l'expédition au détriment du guide qu'il embauche, pourtant le véritable expert de la pratique de la montagne… En dépit d'une apparente démocratisation des ascensions, d'une (relative) féminisation de la pratique, celle-ci ne demeure-t-elle pas, encore aujourd'hui, attachée à cet "esprit" originel de l'alpinisme ?

Publicité

Dans la Pièce jointe, Romain de Becdelièvre abordera le plus inaccessible de tous les sommets : celui du Mont analogue de René Daumal.

La Pièce jointe
3 min
  • L'invitée : Delphine Moraldo est docteure en sociologie. Elle a rédigé sa thèse sous la direction de Bernard Lahire : l'ouvrage paru en 2021, L'Esprit de l'alpinisme. Une sociologie de l'excellence du XIXe au XXIe siècle en est tiré (ENS éditions, coll. "sociétés, espaces, temps").

L'équipe