L'écrivain et journaliste Antoine Blondin, lors de la réception du prix des Deux-Magots pour son roman L'Europe Buissonnière, 1949.
L'écrivain et journaliste Antoine Blondin, lors de la réception du prix des Deux-Magots pour son roman L'Europe Buissonnière, 1949. ©Getty
L'écrivain et journaliste Antoine Blondin, lors de la réception du prix des Deux-Magots pour son roman L'Europe Buissonnière, 1949. ©Getty
L'écrivain et journaliste Antoine Blondin, lors de la réception du prix des Deux-Magots pour son roman L'Europe Buissonnière, 1949. ©Getty
Publicité

Il existe un style Antoine Blondin. Mais qui était ce journaliste et écrivain, hérissé par les intellectuels de la rive gauche, journaliste dans des publications d’extrême droite, admirateur de Morand et chroniqueur du Tour de France ?

Avec

Né à Paris en 1922 et mort en 1991, Antoine Blondin se livre peu sur son enfance. Dans son journal intime, il décrit le "phalanstère" que ses parents auraient édifié en guise de foyer. En réalité, peu enclins à assumer leurs rôles, ces derniers l’ont placé dès l’âge de neuf ans dans un pensionnat. C’est au lycée Louis-le-Grand, où il reste un élève médiocre mais aimant la lecture, qu’il se met à écrire et découvre sa vocation d’écrivain. Pendant l’occupation, il participe activement à la collaboration, pour des raisons parfois plus complexes qu’une simple adhésion aux idées de l’extrême droite et du régime de Vichy.

Après la guerre, il sévit dans les publications de la droite nationaliste, dans des journaux tels que Rivarol, La Dernière Lanterne ou encore L’Indépendance française, et, durant la guerre d'Algérie, il fera partie des ultras en publiant dans L’Indépendance française et L’Esprit public. Il devient membre d’un groupe composé de jeunes écrivains lassés par le terrorisme intellectuel de la rive gauche, réunis par leur admiration pour Morand et leur haine de Sartre. Pendant la guerre d’Algérie ils écrivent un contre-manifeste à celui dit des "121". C'est son roman, Un singe en hiver, paru en 1959 aux éditions de la Table Ronde, qui le fait connaître du grand public. Il n’y parle pas tant de la guerre d’Algérie que de l’alcool, de ses problèmes sentimentaux, de son attitude de père irresponsable.

Publicité

Chroniqueur sportif, Antoine Blondin reste connu aussi pour ses articles sur le Tour de France. C’est peut-être là, plus encore que dans ses romans, qu’on parlait du style de Blondin. Il reprend selon ses chroniques des caractéristiques propres à Malherbe, Saint-Exupéry, Valéry, Queneau ou encore La Fontaine.

  • Les invités : Jérôme Leroy, romancier et poète, auteur notamment  du recueil Sauf dans les chansons publié en 2015 aux éditions de La Table Ronde, et du roman Un peu tard dans la saison édité en 2017 en Folio policier, dans lequel il est indirectement question d'Antoine Blondin, écrivain au sujet duquel il a publié de nombreux articles.

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Jennepin
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Clémentine Boulard
Production déléguée