Reconstitution d'une bataille en Virginie-Occidentale, le 9 septembre 2012 ©Getty - Mark Makela
Reconstitution d'une bataille en Virginie-Occidentale, le 9 septembre 2012 ©Getty - Mark Makela
Reconstitution d'une bataille en Virginie-Occidentale, le 9 septembre 2012 ©Getty - Mark Makela
Publicité
Résumé

Événement fondateur entre tous de l'histoire politique états-unienne, la guerre de Sécession opposant le Nord unioniste au Sud confédéré a durablement informé les camps idéologiques du pays, et trouve fréquemment des échos contemporains… Elle est aussi la première guerre industrielle de l'histoire.

avec :

Vincent Bernard (Historien, spécialiste d'histoire militaire, membre de la rédaction de "Guerres & Histoire").

En savoir plus

La majorité des historiens s'accorde à borner la guerre de Sécession selon les dates d'événements proprement militaires : le bombardement du fort Sumter le 12 avril 1861 pour le commencement, tandis que la reddition des troupes de Robert E. Lee le 9 avril 1865 en marquerait la fin. Quoiqu'elle demeure largement consensuelle, cette périodisation est sujette à discussion, et d'autres événements autour de ces deux dates attestent des tenants d'une guerre qui n'a connu ni déclaration officielle ni traité de paix conclusif, et l'inscrivent plus explicitement dans les conflits larges qui structurent la période. Ainsi, l'élection d'Abraham Lincoln le 9 novembre 1860 est immédiatement qualifiée de "déclaration de guerre" par la rhétorique sécessioniste, et le 20 décembre, la Caroline du Sud revendique son indépendance. Plus loin, tandis que les conflits entre esclavagistes et abolitionnistes remontent à l'année 1854 au "Bleeding Kensas", la période s'étendant jusqu'en 1877 de la "Reconstruction" est elle aussi marquée d'hostilités plus ou moins larvées, d'occupations militaires ou des violences racistes du Ku Klux Klan qui déportent sur un autre terrain le conflit entre armées.

Le débat historiographique sur les dates de début et de fin de la guerre permet ainsi de mieux saisir les enjeux qui la parcourent, même lorsqu'on s'en tient à la périodicité classique. L'élection de Lincoln en 1860 (après avoir exprimé de légères positions abolitionnistes), enflamme un paysage aux oppositions sont déjà fermement tranchées entre Sud esclavagiste et rétif au gouvernement fédéral, et le Nord défendant une Constitution commune aux états, fondée sur l'abolition de l'esclavage et l'égalité en droits. Pendant quatre ans, la guerre de Sécession s'est déroulée sur un territoire plus vaste que l'Europe, elle a mobilisé trois millions de combattants défendant deux causes distinctes et deux conceptions opposées de la voie que devait emprunter la jeune nation. Dans ses mémoires, le Général et futur président Ulysses S. Grant consigne ainsi cet engagement des acteurs du conflit en notant qu'à la différence de l'Europe, les belligérants sont alors composés "d'hommes capables de lire, d'hommes sachant pourquoi ils se battaient, et ne pouvant être obligés de servir comme soldats, sauf en cas d’urgence, quand la sauvegarde de la nation était mise en jeu".

Publicité

En quatre ans, les États-Unis voient mourir près de 2,5% de leur population dans la première guerre moderne de l'histoire, au cours de laquelle le chemin de fer, le télégraphe, les navires cuirassés voire même les mitrailleuses et les sous-marins sont utilisés pour la première fois. Tous les ressorts de l'industrie naissante, la quasi-totalité des ressources disponibles et des membres d'une classe d'âge sont alors mobilisés dans ce qui préfigure les futures Guerres mondiales européennes...

  • Vincent Bernard est spécialiste d'histoire militaire et membre de la rédaction du magazine Guerres & Histoire. Il travaille régulièrement sur la guerre de Sécession, et il est l'auteur en 2014 d'une biographie intitulée Robert E. Lee - La légende sudiste chez Perrin, ainsi que d'une somme consacrée à La Guerre de Sécession - La Grande Guerre américaine, 1861-1865, parue en 2022 chez Passés Composés.
Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Jennepin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Didier Pinaud
Collaboration
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Aloïs Guérin
Stagiaire