Les Compagnes de Voyage, Augustus Egg, 1862 ©Getty - Heritage Images
Les Compagnes de Voyage, Augustus Egg, 1862 ©Getty - Heritage Images
Les Compagnes de Voyage, Augustus Egg, 1862 ©Getty - Heritage Images
Publicité
Résumé

Le voyage nous apparait aujourd'hui comme un fait social si évident qu'on pourrait le croire naturel. Pourtant, notre représentation actuelle de celui-ci trouve sa source au XIXe siècle, dans une histoire qui croise celles de la technique, la science, les arts, l'éducation, la politique, la santé…

avec :

Sylvain Venayre (Historien, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Grenoble-Alpes).

En savoir plus

Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les personnes susceptibles d'entreprendre un voyage autrement que par nécessité à se rendre quelque part sont pour l'essentiel des savants convaincus qu'il faut se rendre en certains endroits précis pour connaitre certaines choses, et qui prêts pour cela à endurer les désagréments, menaces ou fatigues des voyages. Au XIXe siècle, cette catégorie de voyageurs va progressivement s'amenuiser, et l'imaginaire comme les représentations associés au voyage est profondément transformé : le motif scientifique se trouve relégué à l'arrière-plan de l'expérience personnelle et de la recherche des plaisirs sensibles ou intellectuels.

Cette mutation découle de multiples phénomènes, d'ordre à la fois techniques, politiques et culturels. À l'aube du XIXe siècle déjà, l'achèvement de la construction d'un réseau de routes larges et stabilisées en lieu et place des anciens chemins accidentés a permis de développer des liaisons régulières par diligence entre les villes du territoire français, et de nombreuses compagnies privées se concurrencent déjà pour acheminer passagers et colis d'un lieu à l'autre dans les meilleures conditions possibles de confort, de prix et de délai. Ces améliorations des conditions de transport permettent aux voyageurs de se rendre attentif aux paysages traversés, et développent le goût de ceux-ci… C'est encore la pratique du Grand Tour qui, en se démultipliant au sein des élites, infuse dans l'art et les représentations de toute la société. Ou c'est surtout le développement du train, rapidement reconnu comme "révolution", qui renouvelle profondément les façons d'envisager les déplacements, de les vivre et de voir des paysages qui défilent désormais à toute vitesse derrière la fenêtre des compartiments…

Publicité

Ces innovations techniques et ces impressions inédites contribuent dès lors à former une idée nouvelle, collectivement partagée, qui se constitue avec de plus en plus de force tout au long du XIXe siècle : le voyage comme objet neuf, un dispositif de connaissance du monde qui est désormais à la portée de chacun. Répercutées et répétées dans de nombreuses représentations (qu'il s'agisse de la présence accrue des trains dans les tableaux impressionnistes, ou de la déclinaison superlative des modes de transports dans toute la littérature de Jules Verne), ces nouvelles aspirations deviennent l'un des faits sociaux dominants du siècle, croisant et participant tout à la fois de la science, de l'éducation, de la politique (et notamment de la colonisation qui s'enclanche alors), de la religion, des formes artistiques ou de l'avènement des loisirs...

Romain de Becdelièvre a transporté notre question du jour au XXIe siècle pour s'embarquer dans une fameuse compagnie low cost : le roman EasyJet d'Alexandre Friedrich est dans la Pièce jointe.

3 min
  • Sylvain Venayre est historien, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Grenoble-Alpes, membre du LUHCIE. Spécialiste des représentations de l'histoire des circulations ainsi que de l'imaginaire du voyage au XIXe siècle, il est notamment l'auteur de La Gloire de l'aventure (Aubier, 2002), Rêves d'aventure : 1800-1940 (La Martinière, 2006) et de Panorama du Voyage (1780-1920) : mots, figures, pratiques (Les Belles Lettres, 2012). Il a également assuré l'adaptation de plusieurs romans en scénarios de bandes dessinées, et il est directeur de la collection Histoire dessinée de la France de la Revue Dessinée.