Le groupe Depeche Mode en 1982
Le groupe Depeche Mode en 1982
Le groupe Depeche Mode en 1982 ©Getty - Peter Noble
Le groupe Depeche Mode en 1982 ©Getty - Peter Noble
Le groupe Depeche Mode en 1982 ©Getty - Peter Noble
Publicité
Résumé

Rapidement propulsé au rang de stars de la pop anglaise, symbole d'une certaine texture sonore des années Thatcher, Depeche Mode a longtemps suscité la défiance de nombreux critiques... Jusqu'à ce que la sortie de l'album "Violator" en 1990 tranche définitivement la querelle, en leur faveur.

En savoir plus

Au début des années 1980, dans une Angleterre qui vient de se donner Margaret Thatcher pour cheffe de gouvernement, quelques jeunes musiciens se détachent progressivement de l'empire du rock en explorant pleinement les possibilités d'un nouvel instrument : le synthétiseur. Parmi ces expérimentateurs, Martin Gore, Andrew Fletcher et Vince Clarke forment le groupe Composition of Sound, dans une banlieue grisâtre de l'est de Londres. Bientôt rejointe par le chanteur Dave Gahan, la formation devient Depeche Mode, sort son premier album Speak and Spell dont "Just Can't Get Enough" est un tube, le groupe devient extrêmement populaire, le compositeur Vince Clarke part, les passages télévisés se multiplient, la critique est sceptique, le deuxième album parait, leur style vestimentaire kitsch et soigné frappe, le succès grandit encore et leur quatrième album leur apporte une renommée internationale : en trois ans, les membres de Depeche Mode sont devenus parmi les principaux émissaires d'une esthétique nouvelle propre aux années 1980, soit un mélange pop, anticonformiste et désenchanté.

En 1990, tandis que l'ère Thatcher touche à sa fin, Depeche Mode triomphe entre dans la nouvelle décennie par un chef-d'œuvre, Violator. Ceux que d'aucuns tiennent encore pour des "garçons coiffeurs" aux succès faciles livrent un album qui rompt radicalement avec leurs précédents disques, empruntant des influences rock et industrielles jusqu'à prendre certains accents mystiques. L'opus compte deux tubes qui deviendront des classiques, "Enjoy the Silence" et "Personal Jesus", et la critique est unanime : le talent de mélodistes et l'inventivité musicale du groupe est désormais incontestée. Partout où il passe, Depeche Mode suscite des réactions comparables aux Beatles à la génération précédente, accédant à un statut de groupe culte qui, jusqu'à aujourd'hui, n'a jamais été démenti.

Publicité

C'est sur un signe inattendu de cette notoriété que s'est penché Romain de Becdelièvre : il nous transmet en Pièce jointe une étonnante reprise de Personal Jesus.

3 min
  • Sébastien Michaud est journaliste et critique musical. Il est l'auteur de la biographie du groupe Depeche Mode - Éthique synthétique (Camion Blanc, 2001) ainsi que de Depeche Mode - Paroles de fans (Camion Blanc, 2021).
Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Jennepin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Didier Pinaud
Collaboration
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Aloïs Guérin
Stagiaire