Reconstitution numérique du visage d'une femme Néandertal par les artistes hollandais Andrie et Alfons Kennis.
Reconstitution numérique du visage d'une femme Néandertal par les artistes hollandais Andrie et Alfons Kennis. ©Getty
Reconstitution numérique du visage d'une femme Néandertal par les artistes hollandais Andrie et Alfons Kennis. ©Getty
Reconstitution numérique du visage d'une femme Néandertal par les artistes hollandais Andrie et Alfons Kennis. ©Getty
Publicité

Est-ce que la paléoanthropologie nous renseigne sur la place des femmes dans les sociétés humaines et préhumaines ? Les humains mâles ont-ils toujours exercé une forme de coercition sur les humains femelles ?

Avec
  • Pascal Picq Paléoanthropologue, maître de conférences au Collège de France

À ne parler que de l’évolution de l’homme, on est passé à côté de celle des femmes.

La préhistoire comme la paléoanthropologie n’ont pas échappé à la domination masculine puisque l'on a depuis toujours une vision phallocentrée de l’évolution humaine. Est-ce parce que ce sont des hommes qui ont théorisé l’évolution ? Doit-on en déduire une forme de misogynie de la part des préhistoriens  ? Pour la préhistorienne Marylène Pathou Mathis, il n’y a pas de preuve qu’il existe une répartition du travail entre homme et femme à la pré-histoire. On a en effet retrouvé une tombe contenant un squelette féminin entouré d’objets servant à la chasse. Si l'on a tous entendu dire que "la femme est l’avenir de l’homme", qu’en est-il du passé de l'homme ? 

Cette domination qui a pris la forme d’une hypothèse scientifique a été inscrite dans les programmes scolaires, à l'instar de la doctrine d’inspiration aristotélicienne selon laquelle les mâles transmettent leurs caractères à des femelles qui ne sont que des réceptacles nécessaires. De même, comment Darwin a-t-il fait le lien entre l’évolution et la condition sociale des femmes ? Dans ses textes, les passages qui évoquent la femme sont ambigus mais reprennent les clichés de son époque : sensible, empathique, attentionnée. Les hommes, quant à eux, sont décrits comme étant forts, téméraires  et dotés de capacités intellectuelles supérieures. Il observe tout de même que les femmes subissent des contraintes culturelles qui nuisent aux potentialités de la sélection sexuelle… C'est pourquoi, après cette longue préhistoire de la coercition féminine, il est grand temps de retrouver l’évolution qui a créé la femme.

Publicité
  • L'invité : Pascal Picq, paléoanthropologue, professeur au Collège de France, auteur de très nombreux livres dont le récent essai Et l’évolution créa la femme, publié en 2020, mais aussi Le Retour de Madame Neandertal. Comment être sapiens ?, Lucy et l’obscurantisme et Au commencement était l’homme. De Toumaï à Cro-Magnon, tous publiés aux éditions Odile Jacob.