"Amazone blessée", Franz Stuck, 1904
"Amazone blessée", Franz Stuck, 1904
"Amazone blessée", Franz Stuck, 1904
"Amazone blessée", Franz Stuck, 1904
"Amazone blessée", Franz Stuck, 1904
Publicité
Résumé

Figures de femmes guerrières égales aux hommes en courage et en compétence sur le champ de bataille, la mythologie grecque dépeint aussi les Amazones en barbares sans pitié. À quelle réalité historique correspond ce mythe ? Comment a-t-il été continuellement remobilisé depuis l'Antiquité ?

avec :

Violaine Sebillotte Cuchet (Historienne, spécialiste du genre dans les mondes antiques).

En savoir plus

Dans l'Antiquité grecque, plusieurs auteurs mentionnent des peuples de femmes guerrières redoutables qui se distinguent autant par leur valeur dans la bataille que par leur propension à sans hésiter se couper un sein pour pouvoir tirer à l'arc, ou à laisser mourir leur progéniture mâle. D'abord évoquées comme personnages de fiction dans l'Illiade, Hérodote affirme dans ses Histoires qu'elles ont été présentes en Grèce dans le passé, avant de se déplacer plus loin dans les plaines où elles existeraient encore à l'époque de l'auteur… Présentes également sur les vases grecs puis étrusques, il semble que les auteurs antiques n'ont donc pas douté de leur existence réelle.

Qu'en est-il ? Au-delà des détails inventés par le mythe, a-t-il existé des femmes armées à l'Antiquité ? La question est importante, car elle met en jeu celle de la domination masculine : si les femmes sont armées, alors cette domination n'a pas pu s'exercer dans les mêmes conditions que lorsque les hommes ont le monopole des armes. Or la découverte de sépultures de femmes contenant des armes et d'ossements féminins témoignant de blessures de combat tend à confirmer que les choses ne sont pas aussi tranchées selon des critères genrés qu'on l'a longtemps cru.

Publicité

En plus de retracer les lignes de force d'un mythe classique, l'étude des Amazones sur le plan historique est ainsi de double nature. D'une part, elles permettent d'observer les rapports de genre dans les sociétés antiques, à travers les conditions d'existence factuelle de guerrières en armes à cette époque, ou en se penchant sur les caractéristiques effectivement prêtées par les sources antiques à ces figures de l'altérité (ainsi, si elles ont bel et bien été décrites comme féroces, elles n'ont été caractérisées par leur misandrie qu'à partir du XXe siècle). D'autre part, l'écriture du mythe des Amazones et ses grandes figures (Penthésilée, Andromaché, Artémise...) est ininterrompue depuis l'Antiquité, et la figure dont nous héritons découle aussi bien de l'antique que de toutes les couches de construction ultérieures : les vues de Rubens peignant La Bataille des Amazones, sa réinterprétation dans la peinture ou la poésie du début du XXe siècle, ou encore le personnage de Wonder Woman nous renseignent sur les différentes valeurs associées aux femmes combattantes à travers l'histoire…

C'est justement à l'une de ces relectures que s'intéressera Romain de Becdelièvre dans la Pièce jointe du jour.

3 min
  • Violaine Sebillotte-Cuchet est professeure d'histoire de la Grèce ancienne à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Son ouvrage Artémise, une femme capitaine de vaisseaux en Grèce antique a paru en 2022 chez Fayard, elle a co-signé avec Sandra Boehringer Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine (Armand Colin, 2011), et rédigé la préface française de l'ouvrage d'Adrienne Mayor, Les Amazones - Quand les femmes étaient les égales des hommes, paru en chez La Découverte.
Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Jennepin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Didier Pinaud
Collaboration
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Aloïs Guérin
Stagiaire