Scène forestière des "Ramasseurs d'Anguilles", par Jean-Baptiste Camille Corot, vers 1860
Scène forestière des "Ramasseurs d'Anguilles", par Jean-Baptiste Camille Corot, vers 1860
Scène forestière des "Ramasseurs d'Anguilles", par Jean-Baptiste Camille Corot, vers 1860 ©Getty - Heritage Images
Scène forestière des "Ramasseurs d'Anguilles", par Jean-Baptiste Camille Corot, vers 1860 ©Getty - Heritage Images
Scène forestière des "Ramasseurs d'Anguilles", par Jean-Baptiste Camille Corot, vers 1860 ©Getty - Heritage Images
Publicité
Résumé

Exception faite de l'importante surface forestière de Guyane, la France compte une part infime de forêts primaires sur son territoire : la plupart ont fait depuis des siècles l'objet d'attentions spécifiques visant à les soigner ou à les exploiter… Il existe donc une histoire politique des forêts.

avec :

Daniel Perron (Il est docteur en droit, historien du droit, conseiller parlementaire à l'Assemblée nationale et enseigne le droit à Paris I Panthéon-Sorbonne et Rennes I).

En savoir plus

En France métropolitaine, la surface forestière est passée de 14 millions d'hectares en 1985 à 17 millions aujourd'hui, couvrant ainsi 31% du territoire. Si l'on y ajoute les forêts d'outre-mer (en majorité guyanaises), le total se porte à plus de 25 millions d'hectares. En dépit de ce succès apparent, la gestion des forêt se trouve au cœur de nombreux questions écologiques, par où l'on vise notamment à réduire les importations françaises de bois, à entretenir la biodiversité, ou à participer à la transition énergétique… Une prééminence des enjeux administratifs et de pouvoir autour des forêts qui ne date pas d'aujourd'hui : la question de leur régulation par le pouvoir central trouve ses origines au XIIIe siècle, dans une ordonnance de Philippe II Auguste sur les "Eaux et Forêts".

L'histoire politique des forêts court donc quasiment sans discontinuer depuis cette époque jusqu'à aujourd'hui, malgré les transformations de l'État et les ruptures politiques. Elle connut ses temps forts avec Colbert, l'adoption d'un code forestier en 1827 ou la création de l'ONF (l'Office National des Forêts) en 1964, et engage de nombreux sujets : l'arbitrage dans la distribution des ressources, entre préservation et mise en production, la protection de sa faune et l'autorisation confiée où non à y chasser, entre autre choses… Enfin cette histoire n'est pas seulement législative, elle est aussi celle des imaginaires liés aux forêts, et celle de l'évolution de celui-ci au fil de l'histoire. Ainsi Fernand Braudel a-t-il montré à quelles évolutions l'accession de tous à la forêt et à son bois a été sujette à différentes époques. Ailleurs Francis Hallé a montré toute la complexité du vivant dans l'arbre, ou comme le monde biologique des forêts varie entre le sol et la surface de sa canopée. Citons encore l'identification collective d'un sujet pictural au XIXe siècle autour de l'école de Barbizon, où la forêt devient la forme d'un paysage qui enveloppe, propice à l'intimité… C'est de ces multiples visages des forêts dans l'histoire de France que nous parle aujourd'hui Daniel Perron.

Publicité

La Pièce jointe de l'émission contient quelques débris d'arbres et des cendres : Romain de Becdelièvre s'intéresse à deux scènes du film de 2019 Viendra le feu.

Écouter : "Viendra le feu", quand on touche à la forêt...

L'invité :

  • Daniel Perron, juriste et historien du droit, a notamment travaillé auprès de l'Office National des Forêts, ainsi que comme conseiller ministériel. Son ouvrage La Forêt française - Une histoire politique est paru aux éditions de l'Aube en 2021.
Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée