Les Roses d'Héliogabale, 1888
Les Roses d'Héliogabale, 1888 - Lawrence Alma-Tadema
Les Roses d'Héliogabale, 1888 - Lawrence Alma-Tadema
Les Roses d'Héliogabale, 1888 - Lawrence Alma-Tadema
Publicité

Le sens olfactif est souvent tenu pour un sens mineur : au mieux celui des parfums frivoles, au pire celui des odeurs incommodantes. Mais cette dévaluation est culturellement construite, et elle ne saurait masquer la multiplicité des rapports olfactifs que nous entretenons avec le monde sensible.

Avec
  • Brigitte Munier

La situation des odeurs dans l'histoire de l'occident semble relever d'un paradoxe : tandis que nous n'avons eu de cesse depuis l'Antiquité de chercher à nous entourer de fragrances subtiles et de bonnes senteurs, le sens de l'odorat a été constamment discrédité au profit de la vue et de l'ouïe. Cette distribution des valeurs entre les sens de l'oreille et de l’œil d'une part et le goût et l'odorat de l'autre correspond en fait au privilège de la cognition sur l'émotion, privilège sur lequel la pensée occidentale a construit la Raison.

Mais cet ordre des valeurs, par lequel l'odorat a été rangé du côté de l'animalité, ne saurait nous cacher la multiplicité de rapports situés, ponctuels, que nous entretenons avec le monde et ses émotions par les odeurs, ni même les constructions de signification que nous avons échafaudées autour du sens de l'odorat. Ainsi par exemple l'usage du parfum est pris dans un réseau de rôles sociologiques. Ainsi encore Marcel Proust a-t-il su dire mieux que quiconque l'importance du goût ou de l'odeur dans l'empreinte émotionnelle que nous laisse un souvenir (ce que la psychologie cognitive appelle Proust phenomenon)...

Publicité
Publicité pour la parfumerie Ed. Pinaud, vers 1900.
Publicité pour la parfumerie Ed. Pinaud, vers 1900.
© Getty - Culture Club

La Pièce jointe de Romain de Becdelièvre s'ouvre aujourd'hui sur le projet Odeuropa, projet de recherche qui cherche à connaitre et reconstituer les paysages olfactifs des époques antérieures.

3 min

L'invitée : Brigitte Munier est enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. Elle a dirigé la rédaction de À vue de nez – Odorat et communication (CNRS Éditions, 2019), et elle est aussi l'autrice de Le Parfum à travers les siècles (éditions Félin, 2003) ainsi que de Odeurs et parfums en Occident – Qui fait l'ange fait la bête (éditions Félin, 2017).

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Laurence Jennepin
Collaboration
Cyril Marchan
Production déléguée
Didier Pinaud
Collaboration
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Aloïs Guérin
Stagiaire