Louise Dupin par Jean-Marc Nattier, aux alentours de 1745
Louise Dupin par Jean-Marc Nattier, aux alentours de 1745 - Wikicommons
Louise Dupin par Jean-Marc Nattier, aux alentours de 1745 - Wikicommons
Louise Dupin par Jean-Marc Nattier, aux alentours de 1745 - Wikicommons
Publicité

Son nom ne vous dit peut-être rien, pourtant, elle a été l’une des grandes figures du siècle des Lumières. Son ouvrage sur les femmes propose non seulement une encyclopédie de la condition féminine dès 1750 mais aussi un projet de réforme pour rétablir les droits des femmes. Que peut-on en garder ?

Avec
  • Frédéric Marty docteur en littérature

Qui pourrait me dire qui est Louise Dupin ? Même les meilleurs connaisseurs du siècle des Lumières et de l'Encyclopédie, même les lecteurs les plus assidus des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, seraient bien embêtés pour en dire quelques mots.
Louise Dupin, son nom ne vous dit sûrement rien. Lire son ouvrage sur les femmes écrit vers 1740, a pourtant quelque chose d'étonnant : l'impression de lire un texte familier, un texte contemporain, qui ne prétend pas démontrer la supériorité des femmes, mais leur égalité.
Mais avec quels arguments et pour mettre en place quelle réforme ? Là était la nouveauté de la philosophie de Louise Dupin…

"Si les juriconsultes se fondent pour trouver juste que les hommes disposent des emplois de la société et du bien des femmes sur ce que la nature semble les avoir destinées à faire les enfants et à les allaiter, et qu'elles ne pourraient suffire d'ailleurs aux charges publiques et particulières, je réponds tout uniment qu'il n'est pas vrai, que l'état de porter des enfants et de soigner leurs enfants peut s'allier avec tous les travaux nécessaires aux plus grandes affaires, à plus forte raison avec celles qui les regarderaient personnellement. Ou bien les hommes sont incapables de tout dès qu'ils ont la moindre incommodité ! Car l'état de mettre un enfant au monde quand on se porte bien ne demande pas plus de quinze jours de cessation d'affaires et l'état qui précède ce moment permettant d'aller en visite, aux promenades et aux spectacles permettrait également d'aller et venir pour les affaires et de s'en entretenir."
Louise Dupin : Des femmes, discours préliminaire
aux éditions Payot classiques, petite biblio

Publicité

Défendre la stricte égalité entre les hommes et les femmes

"Depuis Christine de Pisan, au début du XVᵉ siècle, on trouve des écrits féministes. Mais Louise Dupin appartient à un courant minoritaire qui consiste à défendre la stricte égalité des femmes. Au XVIIᵉ siècle, les précieuses considèrent plutôt les femmes comme supérieures, notamment sur le plan de la sensibilité, de l'imagination qui seraient plus important que la raison masculine. Louise Dupin développe quant à elle une théorie de l'égalité." Frédéric Marty

La valorisation de figures féminines

"Louise Dupin s'intéresse beaucoup aux civilisations étrangères. Elle considère par exemple qu'à Constantinople, les impératrices avaient un rôle beaucoup plus important qu'on ne le croit à son époque, ou même que les reines françaises. Elle s'intéresse aussi, par exemple, au rôle des femmes dans l'islam ou dans l'entourage du Prophète. Elle considère qu'à cette époque-là, le rôle des femmes n'avait rien de mineur. Elle prend l'exemple des femmes du prophète comme Aïcha, qu'on a surnommée la mère des fidèles, ou encore une autre femme du prophète, Hafsa, qui fut dépositaire de l'exemplaire du Coran. Elle considère que par le passé, les femmes sont loin d'avoir joué un rôle aussi mineur qu'on veut bien le penser et que les préjugés le laissent penser." Frédéric Marty

La question de la reproduction

"Louise Dupin considère que s'il y a une différence physique entre hommes et femmes, elle dépend en partie de l'éducation. Une fille a moins l’occasion de s’adonner au sport qu’un garçon. Pour vraiment pouvoir statuer sur cette question, elle parle de la question de la reproduction. Après la découverte des spermatozoïdes au XVIIème siècle, deux théories émergent. L’une pense que l’embryon préexiste dans l’ovule, et donc ainsi plus de place à la femme, l’autre que l’embryon préexiste dans le spermatozoïde. Louise Dupin refuse de se positionner car elle considère que le rôle des deux sexes est égal." Frédéric Marty

Sons diffusés :

  • Lecture par Philippe Bertin d’un extrait du livre 7 des Confessions de Jean-Jacques Rousseau, 1782
  • Cantate de Jean-Philippe Rameau, Le Berger Fidèle, 1728
  • Extrait du film de Patrice Chéreau, La reine Margot, 1994
  • Chanson de Thomas Fersen, Louise, 2004
  • Extrait du film de Jacques Rivette La Religieuse, 1967 ; adapté du roman épistolaire de Diderot, 1796
  • Chanson de Jean-Philippe Rameau, La poule, 1728
  • Chanson d'André Claveau, Dame Louise

Bibliographie :

Les Chemins de la philosophie
59 min

L'équipe