Salvador Dali dessine son rêve après sa sieste. ©Getty
Salvador Dali dessine son rêve après sa sieste. ©Getty
Salvador Dali dessine son rêve après sa sieste. ©Getty
Publicité
Résumé

Les surréalistes ont débuté les séances de rêves éveillés en septembre 1922. Malgré l'effroi qu'elles suscitaient, les expériences hypnotiques sont vite devenues l'objet d'une curiosité insatiable.

avec :

Georges Sebbag, Christophe Langlois (écrivain).

En savoir plus

A l'heure où paraît l'essai de Charles Richet sur les phénomènes spirites, le Traité de métapsychique, des artistes en tout genre s'emparent de ces nouvelles réflexions pour renouveler le rapport à leur art. Les surréalistes, amateurs d'expérimentations jouant avec les limites du savoir et du sentir, ont tout de suite vu dans le sommeil hypnotique un moyen de délivrer le processus de création de toute tentative de contrôle par la raison. C'est ainsi que dans le salon d'André Breton, fédérateur de plusieurs artistes rattachés au mouvement surréalistes tels que Man Ray, Max Morise ou Robert Desnos, se mettent en place des séances de rêves éveillés, supposées stimuler l'imaginaire en renouant avec les désirs et souvenirs inconscients. Ce fut plus précisément René Crevel qui introduisit le groupe à ces expériences hypnotiques, en déclamant avec emphase un récit extravagant à base de grenouilles et de femmes qui noient leurs maris. André Breton croit déceler dans ce chant à la fois terrifiant et fascinant le "spectre sensible" de Crevel. Parmi tous ces artistes transformés par ces réunions hypnotiques "en une sorte d’agents mystérieux ou d’ambassadeurs royaux d’un domaine attirant et étrange", selon les mots de Simone Breton, c'est Robert Desnos qui en fut le représentant privilégié. Est-ce que cela nous révèle l'aspect obscur de ce désir propre aux surréalistes de s'approcher de l'inconscient, de ses désirs enfouis et de sa violence bridée ? Ils n'avaient en effet pas de distance avec ces essais et s'y jeter corps et âme. Est-ce que le rêve était une nouvelle forme de pensée ? Avait-il une visée artistique et littéraire ou s'agissait-il simplement de tester ses limites? 

  • Les invités : Georges Sebbag, écrivain, enseignant en philosophie et spécialiste du surréalisme, il a dirigé aux éditions Jean-Michel Place la collection « Surréaliste » et édité le volume Sommeils & Rêves surréalistes en 2004. Christophe Langlois, essayiste, romancier et poète, il a publié chez Gallimard les recueils Seconde innocence et L’amour des longs détours et édite actuellement Sommeils de Robert Desnos (coll. Poésie, Gallimard). 
Références

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Clémentine Boulard
Production déléguée