La civilisation de l'île de Pâques a-t-elle vraiment disparu ?

Les moaï, statues monumentales de l'Île de Pâques, en rapanui Rapa Nui (« la grande Rapa »), Chili.
Les moaï, statues monumentales de l'Île de Pâques, en rapanui Rapa Nui (« la grande Rapa »), Chili. ©Getty
Les moaï, statues monumentales de l'Île de Pâques, en rapanui Rapa Nui (« la grande Rapa »), Chili. ©Getty
Les moaï, statues monumentales de l'Île de Pâques, en rapanui Rapa Nui (« la grande Rapa »), Chili. ©Getty
Publicité

Les 1 042 moaï qui parsèment la petite Île de Pâques, située dans le Pacifique sud, sont les vestiges d'une civilisation oubliée. Laissées à l'abandon, ces immenses statues n'ont pas fini de nous interroger.

Avec
  • Nicolas Cauwe Archéologue

Matthieu Garrigou-Lagrange s'entretient avec Nicolas Cauwe, archéologue et conservateur au musée Art et Histoire de Bruxelles, auteur notamment de Ile de Pâques, le grand tabou aux éditions Versant sud et co-auteur de Ile de Pâques : le nombril du monde ? paru aux éditions Muséo en 2019.

L'Île de Pâques a, dès sa découverte, suscité de nombreuses interrogations. En 1920, l’écrivain britannique James Churchward y voyait un morceau rescapé « du continent englouti de Mu ». Cette mystification n'empêcha pas La Pérouse de qualifier les Pascuans, les habitants de l'île, de voleurs invétérés, quand les bateaux américains, espagnol ou français venus en visites repartaient, eux, avec leurs femmes. En effet, de l'Arcadie qu'elle aurait pu être, l'île est vite passée sous le contrôle des missionnaires qui en firent une colonie. Son histoire  comporte d'autres accrocs encore. Son paysage aride et volcanique laissait peu de chances aux cultures de se développer et il est difficile d'expliquer comment une civilisation a pu y émerger. Par ailleurs, comment a-t-elle disparue ? C'est pourquoi Nicolas Cauwe en est venu à se poser cette question : "Est-ce que la société pascuane s’est suicidée ?".

Publicité

L'équipe