Buste d'Auguste, le premier empereur romain.
Buste d'Auguste, le premier empereur romain. ©Getty
Buste d'Auguste, le premier empereur romain. ©Getty
Buste d'Auguste, le premier empereur romain. ©Getty
Publicité

Si Auguste se qualifiait lui-même de "fils du divin César", il fera cependant tout pour ne pas être vu comme un "dictateur", durant ses quarante années de règne sur l'Empire romain, dont il fut le premier empereur.

Avec

Matthieu Garrigou-Lagrange s'entretient avec Frédéric Hurlet, professeur d’Histoire romaine à l’Université Paris Nanterre, auteur de Rome et l'Occident (IIe siècle av. J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.): gouverner l'Empire publié en 2009 aux Presses Universitaires de Rennes, mais également d'Institutions romaines: Des origines aux Sévères avec Jérôme France, publié en 2019 chez Armand Colin, et en 2019 d'Auguste: Les ambiguïtés du pouvoir.

D'un côté, c'est Auguste et son puissant génie, sur cette onde guerrière entraînant l'Ausonie, le peuple, le sénat, Rome entière et ses dieux ; de sa poupe élevée il combat avec eux. Virgile, Les Eneides, Livre VIII

Publicité

L'empereur Auguste (né environ en 63 av. J.-C. et mort en 14 ap. J.-C) est véritablement le premier empereur romain. De sa vie et de ses actes, de nombreux récits littéraires et historiques se sont fait les relais. Déjà à son époque, il était proche des écrivains comme Virgile ou Horace, et exigeait que l'on parle de lui en termes élogieux. On lui doit directement les Res Gestæ Divi Augusti (Hauts faits du Divin Auguste) qui, écrit à la première personne, ont été lu au Sénat après sa mort en guise de testament. Auguste rappelle ses accomplissements politiques, culturels et militaires et se présente à la postérité comme l'incarnation du courage, de la clémence et surtout, de la république. Il affirme avoir restauré la "res publica", lui qui avait refusé le titre de "dictateur" pour être "princeps", à savoir, le citoyen des citoyens. Cela ne l'a pas empêché de régner quasiment sans partage pendant quarante ans sur l'Empire romain en prétendant restituer au Sénat ses anciens pouvoirs ainsi que son contrôle sur les provinces et l'armée romaine. Auguste sera considéré comme un dieu avant sa mort. Il avait formé le second triumvirat avec Lépide et Marc Antoine pour défaire les assassins de César avant de s'accaparer le pouvoir progressivement. 

L'équipe

Matthieu Garrigou-Lagrange
Matthieu Garrigou-Lagrange
Anne-Vanessa Prévost
Collaboration
Didier Pinaud
Collaboration
Laurence Jennepin
Collaboration
Clémentine Boulard
Production déléguée