Jean-Michel Basquiat au club Area, le 17 avril 1986
Jean-Michel Basquiat au club Area, le 17 avril 1986 ©Getty - Patrick McMullan
Jean-Michel Basquiat au club Area, le 17 avril 1986 ©Getty - Patrick McMullan
Jean-Michel Basquiat au club Area, le 17 avril 1986 ©Getty - Patrick McMullan
Publicité

Entre 1978 et 1988, New York vit l'apogée de la New Wave et la naissance de la No Wave, les esclandres du punk, les débuts du hip-hop, le tout dans un paysage bouillonnant de clubs undergrounds et prisés… Jean-Michel Basquiat n'a pas seulement baigné dans ce dynamisme, il y a activement participé.

Lorsqu'en 1978 des inscriptions signées par un cryptique "SAMO©" commencent à apparaitre sur les murs de Downtown Manhattan, la ville de New-York ne ressemble pas à celle que l'on connait aujourd'hui. Depuis le mitan de la décennie, la ville est au bord de la banqueroute : la criminalité est au plus fort, des immeubles entiers sont presque inhabités et tombent en ruine, les junkies sont légion… Et dans cette zone franche s'agrège une faune bariolée de noctambules en tous genres : les scènes artistique, musicale et festive de l'underground new-yorkais se confondent, les boîtes de nuit sont leurs bureaux.

C'est au cours d'une de ces fêtes, un soir d'avril 1979 chez le britannique Stan Peskett, que le mystérieux SAMO  révèle son identité, devant les caméras de TV Party  de Glenn O'Brien : c'est un homme de 18 ans du nom de Jean-Michel Basquiat, bientôt jeune prince du Mudd Club voisin… Celui qui délaisse progressivement les murs pour se consacrer à la peinture sur toile deviendra vite un artiste en vue, puis une superstar de l'art contemporain, avant de mourir prématurément un après-midi d'août 1988, à l'âge de 27 ans.

Publicité

Si sa peinture est connue, les hommages qu'il y rend au jazz le sont moins, et sa courte carrière de musicien est presque complètement ignorée. Le groupe Gray, qu'il avait fondé avec Michael Holman, a pourtant participé de la très grande inventivité musicale de ces années-là. Christophe Deniau revient aujourd'hui sur cet âge héroïque des arts à New-York, et sur les multiples croisements entre la trajectoire du peintre et la musique…

Dans la Pièce jointe, Romain de Becdelièvre apporte une collision supplémentaire : celle polémique de Jay-Z, Beyoncé et un tableau de Basquiat, autour d'une campagne de publicité récente pour un célèbre bijoutier américain.

3 min

L'invité : Christophe Deniau  est spécialiste de l'histoire du rock. Il est l'auteur de Nick Cave, l'intranquille, biographie parue au Castor Astral en 2018, ainsi que de Look Back in Angers, une histoire de la scène artistique angevine (Acetate, 2020). Son dernier livre, publié en 2021 aux éditions du Camion Blanc, retrace l'histoire de Basquiat dans ses rapports avec la musique : Macadam Zulu, Basquiat et la musique.