Alexandre Grothendieck donnant un cours dans les années 60.
Alexandre Grothendieck donnant un cours dans les années 60.
Alexandre Grothendieck donnant un cours dans les années 60. ©AFP - AFP PHOTO / Institut des Hautes Etudes Scientifiques
Alexandre Grothendieck donnant un cours dans les années 60. ©AFP - AFP PHOTO / Institut des Hautes Etudes Scientifiques
Alexandre Grothendieck donnant un cours dans les années 60. ©AFP - AFP PHOTO / Institut des Hautes Etudes Scientifiques
Publicité
Résumé

Les génies ne meurent jamais totalement, car leurs travaux et leurs idées ne cessent jamais d’inspirer. C’est encore plus vrai pour Grothendieck, dont les éditions Gallimard viennent de publier Récoltes et semailles, son œuvre posthume.

avec :

Cédric Villani (mathématicien).

En savoir plus

De 1950 à 1965, Alexandre Grothendieck fit des mathématiques et seulement des mathématiques. Mais un beau jour, il découvrit la politique, qui l’absorba presque autant. En 1966, il refusa d’aller chercher sa médaille Fields à Moscou, où deux intellectuels venaient d’être condamnés à plusieurs années de camp pour avoir publié des textes en Occident sans autorisation. L’année suivante, il passa trois semaines au Vietnam pour protester contre la guerre déclenchée par les États-Unis. À partir de 1971, inquiet pour l’avenir de l’humanité, il consacra l’essentiel de son temps à l’écologie radicale au sein du groupe Survivre et vivre. En août 1991, il choisit de disparaître dans un village reculé de l'Ariège, où il mourut en 2014.

Mais les génies ne meurent jamais totalement, car leurs travaux et leurs idées ne cessent jamais d’inspirer. C’est encore plus vrai pour Grothendieck, dont les éditions Gallimard viennent de publier Récoltes et semailles, son œuvre posthume. On y trouve des textes sur les mathématiques et leur poésie particulière, des réflexions sur l’écologie et des méditations de nature spirituelle. Il y compare notamment son travail de mathématicien à la passion amoureuse qui est elle aussi, dit-il, une "pulsion de découverte". Comment comprendre cette analogie ? Que dit-elle sur la façon qu'avait Grothendieck de faire des mathématiques ?

Publicité

Invité : Cédric Villani, mathématicien, lauréat de la Médaille Fields en 2010

A signaler : la parution d'Allons-nous continuer la recherche scientifique d'Alexandre Grothendieck (Editions du Sandre, 2022), texte d'une conférence prononcée en 1972 au Conseil européen pour la recherche nucléaire et véritable acte de rupture avec le "mythe scientifique".

58 min
Références

L'équipe

Etienne Klein
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Thierry Beauchamp
Collaboration