La science et ses pastiches

Raymond Queneau tournant le film 'Arithmétique', le 18 juillet 1951.
Raymond Queneau tournant le film 'Arithmétique', le 18 juillet 1951. - (Photo by Keystone-France/Gamma-Rapho via Getty Images)
Raymond Queneau tournant le film 'Arithmétique', le 18 juillet 1951. - (Photo by Keystone-France/Gamma-Rapho via Getty Images)
Raymond Queneau tournant le film 'Arithmétique', le 18 juillet 1951. - (Photo by Keystone-France/Gamma-Rapho via Getty Images)
Publicité

La science est-elle soluble dans l'esprit de jeu?

Avec

Il y a quarante ans, le 3 mars 1982, mourait Georges Perec, écrivain, auteur d'une œuvre littéraire foisonnante, fondée le plus souvent sur l'utilisation de contraintes formelles, littéraires ou mathématiques. Il publia notamment cinq études pseudo-scientifiques, désopilantes dans le fond autant que dans la forme. La première, intitulée "Experimental demonstration of the tomatotopic organization in the Soprano", raconte une série d'expériences relatives aux effets que produisent les jets de tomates sur les cantatrices.

De façon plus générale, au-delà de leur drôlerie, que révèlent de tels pastiches sur les codes implicites de la publication scientifique ?

Publicité

Avec les écrivains Clémentine Mélois et Hervé Le Tellier, respectivement membre et président de l’OUvroir de LIttérature POtentielle.

A signaler, en lien avec le thème de notre émission : la parution des Feuillets perdus du journal de Charles Darwin (miraculeusement) sauvés de l'oubli et illustrés par Denis Silvestre (Autrement, octobre 2021).

L'équipe