Floating in Zero-G : astronaut Gerald P. Carr seems to hold up fellow astronaut Edward G. Gibson with his finger.
Floating in Zero-G : astronaut Gerald P. Carr seems to hold up fellow astronaut Edward G. Gibson with his finger.
Floating in Zero-G : astronaut Gerald P. Carr seems to hold up fellow astronaut Edward G. Gibson with his finger. ©Getty - © CORBIS/Corbis via Getty Images
Floating in Zero-G : astronaut Gerald P. Carr seems to hold up fellow astronaut Edward G. Gibson with his finger. ©Getty - © CORBIS/Corbis via Getty Images
Floating in Zero-G : astronaut Gerald P. Carr seems to hold up fellow astronaut Edward G. Gibson with his finger. ©Getty - © CORBIS/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

Comment reproduire l'état d'apesanteur sans aller dans l’espace ? En réalisant des vols dits « zéro-G ». En quoi consistent de tels vols ? À quoi servent-ils ? Que permettent-ils de comprendre ?

avec :

Sébastien Rouquette (expert en vols habités au CNES, le Centre National d’Etudes Spatiales), Jean-François Clervoy (Astronaute de l’Agence spatiale européenne (ESA), Président de Novespace).

En savoir plus

Un beau jour de novembre 1907, Einstein eut, selon ses propres mots, "l’idée la plus heureuse de sa vie" : "J’étais assis sur ma chaise au Bureau fédéral de Berne et je compris d’un coup que si une personne est en chute libre, elle ne sentira pas son propre poids". Einstein prenait là pleinement conscience d’une sorte d’évidence compréhensible par tout un chacun mais jamais formulée par quiconque : lorsque nous tombons en chute libre, tous les objets qui sont proches de nous (notre parapluie, notre chapeau…) tombent comme nous, à la même vitesse que nous, de sorte que nous ne les voyons pas tomber.

Ils semblent ne plus avoir de poids. Tout se passe en somme comme si l’accélération produite par la chute effaçait sa cause (en l’occurrence le champ de gravitation qui a provoqué cette chute). En clair, le fait de subir librement la pesanteur met paradoxalement en état… d’impesanteur ! Pareille situation est donc semblable à celle que vivent les astronautes en orbite autour de la Terre. Comment la reproduire sans aller dans l’espace ? En réalisant des vols dits « zéro-G ». En quoi consistent de tels vols ? À quoi servent-ils ? Que permettent-ils de comprendre ?

Publicité

Avec Jean-François Clervoy, astronaute ; Sébastien Rouquette, Chef de projet « Vols paraboliques » au CNES.

Références

L'équipe

Etienne Klein
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Thierry Beauchamp
Collaboration