Lac d'altitude de Thadsang Karu sur le plateau du Changtang
Lac d'altitude de Thadsang Karu sur le plateau du Changtang
Lac d'altitude de Thadsang Karu sur le plateau du Changtang - Romana Chapman
Lac d'altitude de Thadsang Karu sur le plateau du Changtang - Romana Chapman
Lac d'altitude de Thadsang Karu sur le plateau du Changtang - Romana Chapman
Publicité
Résumé

Qu’est-ce que le fait d’être à ce point mobile, tout le contraire d’un sédentaire, change à cette belle discipline qu’on appelle la géographie ? Et - question subsidiaire - à quelle vitesse faut-il se déplacer sur la Terre pour bien saisir la forme du monde ?

avec :

Sylvain Tesson (Ecrivain).

En savoir plus

Dans son livre La Panthère des neiges, Sylvain Tesson écrit : « Tesson signifie blaireau en vieux français. On employait encore l’expression dans les patois de l’ouest de la France et de la Picardie. […] Sur les cartes d’état-major de la France, on trouvait des « tessonnières, noms de lieux-dits champêtres qui portaient le souvenir d’holocaustes. Car le blaireau était haï dans les campagnes et irrépressiblement détruit. On l’accusait de fouir le sol, de percer les haies. On l’enfumait, on le crevait. Méritait-il l’acharnement des hommes ? C’était un être taciturne, une bête de la nuit et de la solitude. Il demandait une vie dissimulée, régnait sur l’ombre, ne souffrait pas les visites. Comment l’homme aurait-il supporté l’existence d’un totem de la discrétion érigeant la distance en vertu et se faisant un honneur du silence ? Les fiches zoologiques décrivaient le blaireau « monogame » et sédentaire ». L’étymologie me liait à l’animal mais je ne m’étais pas conformé à sa nature ».

De fait, Sylvain Tesson, qui est géographe de formation, a choisi très tôt, dès l’âge de 19 ans, de faire des voyages et des expéditions dans des conditions souvent extrêmes, genre traversées de continents à vélo ou à pied, dont il rapporte des carnets, des livres ou des films. Il est en somme un arpenteur autant qu’un géographe, un « Wanderer » comme il se définit lui-même en reprenant un surnom qui fut attribué à Goethe en son temps.

Publicité

Mais qu’est-ce que le fait d’être à ce point mobile, tout le contraire d’un sédentaire, change à cette belle discipline qu’on appelle la géographie ? Et - question subsidiaire - à quelle vitesse faut-il se déplacer sur la Terre pour bien saisir la forme du monde ?

Invité : Sylvain Tesson, géographe de formation, "Wanderer" de profession.

Sylvain Tesson
Sylvain Tesson
© Maxppp - Grégory Yetchmeniza
Références

L'équipe

Etienne Klein
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Thierry Beauchamp
Collaboration