Corbeau à Tchernobyl ©Reuters - Vasily Fedosenko
Corbeau à Tchernobyl ©Reuters - Vasily Fedosenko
Corbeau à Tchernobyl ©Reuters - Vasily Fedosenko
Publicité
Résumé

Pour les 30 ans de l'accident de Tchernobyl, Culture Sciences propose une semaine sur les catastrophes. Les zones contaminées sont des laboratoires d’observation de la nature confrontée aux radiations. Nos invités rejettent l'image luxuriante affichée par un documentaire diffusé en 2010 sur Arte.

avec :

Yannick Monget (Président fondateur du groupe symbiom, également prospectiviste spécialisé dans la crise bioclimatique et auteur du thriller “Résilience” Editions de La Martinière 2016), Galia Ackerman (Journaliste, historienne, spécialiste du monde russe), Anders Moller (Chercheur CNRS, qui a mené les études sur la conséquence écologique de l'accident de Chernobyl), Yves Lenoir (ingénieur qui suit les questions nucléaires depuis sa participation à un groupe interministériel sur les déchets radioactifs en 1974-1975. Auteur de « La comédie atomique : l'histoire occultée des dangers des radiations » à La découverte.).

En savoir plus

En matière de catastrophe, le nucléaire se distingue à la fois par le caractère invisible de la pollution engendrée par un accident et par la durée de la contamination. Il est notable que la reconstruction des villes d’Hiroshima et Nagasaki a commencé seulement deux ans après l’explosion des bombes atomiques américaines. En revanche, 30 ans après le 26 avril 1986, la zone d’exclusion de 30 km autour de Tchernobyl n’est toujours pas habitable par l’homme. Que se passe-t-il dans ce laboratoire à grande échelle de l’impact de la radioactivité sur la nature ? Autour de la centrale de Tchernobyl, toute vie a-t-elle disparu ? Des animaux et des plantes sont-ils capables de résister aux radiations, comme le montre le documentaire intitulé « Tchernobyl, une histoire naturelle » réalisé par Luc Riolon et diffusé sur Arte en 2010 ? Que nous apprennent les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima sur les dangers du nucléaire civil au moment où l’avenir des centrales françaises reste encore flou ? C’est le sujet de notre débat dans Science publique.

[VIDEO] Le documentaire très critiqué pendant l'émission : Boutique Arte

Publicité
Tchernobyl, une histoire naturelle ?
Tchernobyl, une histoire naturelle ?
- Antoine Bamas et Luc Riolon

[LIENS]

Le site de l'équipe d'Anders Moller : Chernobyl research

Symbiom, fondé en 2008 par Yannick Monget, le groupe Symbiom a initialement vu le jour parallèlement à l’apparition de menaces de plus en plus évidentes liées à l’impact des activités humaines sur les écosystèmes terrestres et sur nos civilisations elles-mêmes. 

Repenser l’humanité après Tchernobyl, une tribune de Galia Ackerman dans Le Monde du 23 avril 2016.

« Suite à la diffusion de l’émission Science Publique le 22 avril 2016 intitulée « Catastrophe nucléaire: la nature peut-elle survivre aux radiations ? » Luc Riolon, Antoine Bamas, François Bertrand dont le documentaire a été évoqué par les intervenants souhaitent apporter les précisions suivantes: Nous n’avons pas filmé des séquences animalières en Allemagne contrairement à ce qui est dit lors de l’émission. Nous avons effectivement acheté pour le film des images animalières auprès d’une société de production allemande. Mais ces images étaient tirées d’un film « Tchernobyl Reclaimed », et les images tournées dans la partie biélorusse de la zone d’Exclusion de Tchernobyl. Ces images achetées (1’ sur 90’ de film) étaient néanmoins en parfaite cohérence avec l’enquête menée sur le terrain par Luc RIOLON, réalisateur du film, auprès des scientifiques ukrainiens et biélorusses. Notre documentaire a cherché à approfondir le thème de la recolonisation de la zone par la nature en rendant compte de l’état de la recherche de terrain à Tchernobyl, au moment de la conception du film. Ce documentaire est le résultat d’un travail de deux ans, s’attachant à présenter de manière pédagogique ce sujet complexe et les travaux de chacun des chercheurs présentés, sans omettre les résultats contradictoires entre ces différents travaux ».

Références

L'équipe

Marie Dalquié
Collaboration
Dany Journo
Réalisation