France Culture
France Culture
Publicité

Le 26 octobre 2007, le Collectif Interassociatif Enfance et média, le CIEM, a lancé une pétition pour obtenir un moratoire contre, je cite, « la fabrique des bébés téléphages ! ». Le 21 février dernier, cette pétition comptait plus de 27 000 signataires. A l'origine d'une telle alerte, on trouve des pédopsychiatres, des psychanalystes, des psychiatres, des médecins. Leurs critiques visent deux chaînes de télévision : BabyTV, que nous venons d'écouter et qui a été lancée il y a deux ans et BabyFirst, inaugurée le 16 octobre 2007. Toutes deux visent les enfants âgés de 6 mois à 3 ans. Les médecins leur reprochent de diffuser 24 heures sur 24 des programmes dédiés à ces enfants et qui, selon eux, leur font courir des risques de fatigue et de dépendance. Les médecins de la petite enfance font remarquer que le développement des plus petits passe par la motricité et l'interaction avec les objets qui les entourent. Ainsi, l'interactivité qui peut être purement psychique chez l'adulte et l'enfant plus âgé, passe par le corps chez les tout-petits. Leur intelligence est en effet, à cet âge, essentiellement corporelle. Les signataires de la pétition font remarquer qu'il « est à craindre que le temps passé par l'enfant devant les émissions d'une chaîne de télévision qui rassurera les parents parce qu'elle est présentée comme fabriquée pour les tout-petits ne l'éloigne des activités motrices, exploratoires et interhumaines, fondamentales pour son développement à cet âge ». Faut-il considérer que l'exposition des enfants âgés de 6 mois à trois ans à des chaînes de télévision spécialisées entrave leur développement ? Quelles conséquences peut avoir la création de bébés téléphages sur leur relation avec la télévision lorsqu'ils seront plus âgés ? La télévision pour bébés peut-elle perturber leur perception future du monde réel ? Y-a-t-il un risque de confusion d'autant plus préoccupant que la virtualité prendra une place très importante dans leur vie, à travers Internet, les jeux vidéo et l'extension du recours aux ordinateurs ?