France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
Fukushima's abandoned towns
Fukushima's abandoned towns
- Al Jazeera English
Fukushima photo diary
Fukushima photo diary
- Oeko Institut

Près de trois années ont passé depuis le 11 mars 2011, date du tremblement de terre suivi d’un tsunami qui a dévasté le nord-ouest du Japon. Dès le lendemain, une série d’explosion commence dans les bâtiments de trois des réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. En quelques jours, de grandes quantités d’éléments radioactifs sont projetées dans l’atmosphère. Par chance, les vents poussent ces nuages plutôt vers le nord que vers le sud où, à 250 km, se trouve Tokyo et ses 13 millions d’habitants. Le gouvernement décrète alors une zone d’évacuation de 2 km qui est rapidement portée à 3, 10 puis 20km ce qui concerne 80 000 personnes. Un mois après la catastrophe, c’est la population vivant dans un rayon de 30 km qui est évacuée. Au total, 150 000 personnes étaient encore réfugiées en 2013.

Trois ans après le drame, la situation est loin d’être maîtrisée dans la centrale où d’énormes quantités d’eau de refroidissement radioactive s’accumulent, faute de capacités suffisantes de traitement. Des fuites dans la mer sont régulièrement détectées. Le bilan sanitaire pose également problème. Il apparaît difficile d’établir le nombre de cancers induits par l’exposition des populations aux retombées radioactives. En particulier pour les cancers de la thyroïde chez les enfants qui peuvent se déclarer assez rapidement après la catastrophe. Ainsi, pour les autorités japonaises, aucun des cas de cancers enregistrés

Publicité
Doses prévisionnelles dues à l’irradiation externe par le dépôt la première année après l’accident de Fukushima
Doses prévisionnelles dues à l’irradiation externe par le dépôt la première année après l’accident de Fukushima
- IRSN

depuis mars 2011 ne seraient imputables aux rejets radioactifs de la centrale de Fukushima. D’autres experts japonais affichent leur désaccord avec cette analyse, comme le montre le dossier publié par le magazine Science et Vie dans son numéro de mars 2014. Une fois de plus, le nucléaire semble afficher les difficultés particulières qu’il entretient avec la transparence...

  • Quels sont les effets sanitaires de l’exposition du corps humain aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité, en particulier à la lumière des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, il y a près de 30 ans ?
  • Quels sont les risques induits par les différents produits radioactifs qui ont été projetés dans l’atmosphère par l’explosion des trois réacteurs de la centrale de Fukushima ?
  • Comment peut-on attribuer certains cancers des Japonais vivant dans la région à l’effet de la radioactivité émise par la centrale ?
  • Que penser de la théorie selon laquelle les évacuations massives ont provoqué plus de décès que ceux qu’aurait engendré un maintien sur place ?
  • Comment, d’une façon plus générale, évaluer notre exposition à la radioactivité naturelle et à celle qui provient, en particulier, de certains examens médicaux ?

.

Références

L'équipe

Marie Dalquié
Collaboration
Dany Journo
Réalisation