France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

**Nous y sommes ! Les objets connectés proposent de prendre en charge la surveillance de notre santé. D'abord avec des gadgets comme les montres connectées mais aussi avec un contrôle à distance de certains paramètres. Les promesses de la santé connectée sont aussi nombreuses que les questions qu'elle pose en matière de vie privée et de maîtrise des données personnelles. Avec Joliette Coste , Jean-Louis Frechin , Gérard Haas et Daniel Laune. **

La montre connectée Pulse 02 de Withings
La montre connectée Pulse 02 de Withings
- Marcus Brown

Vous l’avez surement remarqué, l’un des phénomènes nouveaux en matière de santé est constitué par l’apparition de nombreux objets dits « connectés ». Qu’il s’agisse de montres, de téléphones mobiles ou de pèse-personnes, tous ont un double caractéristique. D’une part, ils mesurent certains paramètres physiques comme le nombre de rythme cardiaque, le nombre de pas effectués dans la journée, la distance parcourue ou la masse corporelle. D’autre part, ces objets communiquent les informations collectées à un téléphone mobile ou à un ordinateur. En les utilisant, vous pénétrez dans un nouveau monde. Celui de la santé connectée, ou la eSanté, pour les plus... branchés. Et ce phénomène dépasse largement les gadgets personnels. Comme nous allons le voir aujourd’hui, la eSanté promet de modifier en profondeur notre relation avec la médecine mais aussi avec notre corps.

Publicité

Vous en doutez ? Le 10 juin, la eSanté tenait son premier salon à Monaco. Aujourd’hui même, François Hollande inaugure la Cité de l’objet connecté à Saint-Sylvain d'Anjou, près d'Angers. Ce domaine fait en effet partie des 34 secteurs de la « Nouvelle France Industrielle » imaginés par Arnaud Montebourg. En effet, la eSanté, c’est aussi un marché considérable. Prenons l’entreprise américaine Fitbit créée en 2007 pour commercialiser ses bracelets connectés. Après avoir vendu plus de 20 millions de ces appareils, elle vient d’être valorisée aux alentours de 3 milliards de dollars et elle a réalisé un chiffre d’affaites de près de 750 millions de dollars en 2014. Si la eSanté promet d’améliorer notre santé grâce à la surveillance de notre corps, elle pose des problèmes de confidentialité des données personnelles enregistrées. En effet, au delà du médecin, ces informations peuvent intéresser les employeurs, les banquiers ou les assureurs.

  • Comment fonctionne la santé connectée au delà des gadgets électroniques ?
  • Peut-elle remplacer les consultations médicales et l’hospitalisation ?
  • Quelles contraintes fait-elle peser sur les patients dont la santé est ainsi mise sous contrôle continu ?
  • Lorsque la santé connectée sera développée, comment les patients pourront-il conserver la une maitrise des informations les concernant ?
  • La eSanté ne conduit-elle pas à une déshumanisation de la médecine ?