France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
La production d'OGM dans le monde en 2005.
La production d'OGM dans le monde en 2005.

La production d'OGM dans le monde en 2005. © ISAAA

Les organismes génétiquement modifiés font partie des sujets scientifiques les plus controversés depuis une bonne dizaine d'années. Partisans et adversaires continuent à s'opposer au point de conduire à des arrachages sauvages de parcelles plantées en OGM suivies d'arrestations et d'incarcérations. Dans ce contexte, l'annonce par le journal Le Monde daté du 21 septembre d'une prochaine décision de gel des cultures OGM par le gouvernement français a provoqué un certain émoi, avant d'être démentie par le gouvernement. Mieux, le groupe de travail OGM du Grenelle de l'environnement semble être parvenu à un accord. Les participants proposent de renforcer la recherche publique sur les effets des manipulations génétiques. Ils recommandent la création d'une haute autorité unique donnant des avis au gouvernement sur l'intérêt agronomique et économique de chaque OGM. Enfin, ils préconisent l'adoption, avant la fin du printemps 2008, d'une loi établissant les principes du « libre choix de produire et de consommer avec ou sans OGM » et estime que le seuil d'étiquetage à 0,9% n'a pas de fondement scientifique. La lutte contre les OGM est-elle un combat d'arrière garde, comparables à celles qui ont combattu, en leur temps, le train ou l'automobile ? En quoi les OGM se distinguent des manipulations « naturelles » que les agriculteurs pratiquent depuis la nuit des temps en croisant et en sélectionnant des espèces ? Connaît-on aujourd'hui les risque réels que fait courir la culture des OGM en plein champ, en particulier en matière de dissémination ? Au final, quel est l'intérêt réel des OGM pour la société qui justifieraient les risques inhérents à toute innovation ?

Publicité
Références

L'équipe