France Culture
France Culture
Publicité
L'un des premières photos prises par Philae, dont on voir l'un des pieds, sur la comète Tchouri.
L'un des premières photos prises par Philae, dont on voir l'un des pieds, sur la comète Tchouri.
Stéphane Erard
Stéphane Erard
© Radio France - Xavier Coppolani
De gauche à droite: Michel Alberganti, André Brack et Stéphane Erard
De gauche à droite: Michel Alberganti, André Brack et Stéphane Erard
© Radio France - SL

En ce moment même, à plus de 500 millions de km de la Terre, Philae, un appareil gros comme la moitié d'une machine à laver, est posé... sur une comète qui fonce vers le Soleil à 18 km/s, soit près de 65 000 km/h. L'appareil se nomme Philae et la comète porte le nom de 67P/Tchourioumov-Guérassimenko ou Tchouri. Leur rencontre s'est produite il y a 48 heures grâce à la sonde Rosetta qui a transporté Philae depuis la Terre au cours d'un périple de 10 ans. L'atterrissage était l'opération la plus délicate de la mission. Philae devait en effet se poser sur une comète d'environ 4 km de longueur, soit la distance entre l'Arc de Triomphe et le Louvre. Rosetta avait, auparavant, étudié en détail la surface extrêmement chaotique de Tchouri et isolé une zone plane, baptisée Agilkia, pour l'atterrissage. Le 12 novembre, Philae se détache de Rosetta située à 22,5 km de Tchouri. Commence alors une descente au ralenti qui prendra 7 heures. Philae est livré à lui-même, sans propulsion ni guidage. Les membres de la mission à l'Agence spatiale européenne, l'ESA, retiennent leur souffle...Le suspense est renforcé par le délai de près de 30 minutes de transmission des informations provenant de Rosetta et Philae.

André Brack
André Brack
© Radio France - Xavier Coppolani

Lorsqu'ils reçoivent enfin le signal confirmant l'atterrissage, c'est l'explosion de joie dans le centre de contrôle de la mission à Darmstadt. Pourtant, l'inquiétude revient vite. Si le contact a bien eu lieu, le système de harponnage de Philae n'a pas fonctionné. Or, il était essentiel pour que l'engin s'agrippe à la surface de Tchouri. En effet, s'il pèse 100 kg sur Terre, Philae ne dépasse pas 1 gramme sur Tchouri en raison de l'attraction très faible de la comète dont la densité ne dépasse pas 0,47, soit celle du sapin...

Publicité

En fait, Philae a rebondi sur la surface de Tchouri malgré la précision initiale de son atterrissage. Ce que craignait le plus les scientifiques, c'est que le choc, malgré une vitesse faible de 1m/s, ne renvoie Philae vers l'espace. Toutes possibilités d'analyse du sol de Tchouri, le principal objectif de la mission, se seraient alors envolées avec lui. Par chance, Philae a effectué un vol plané qui a duré une heure avant de retomber sur la surface de Tchouri... et de rebondir à nouveau. Le troisième contact avec la comète, après une heure supplémentaire de survol, a été le bon. Philae s'est immobilisé près d'une falaise située à 1 km de la zone d'atterrissage prévue. Il a ainsi parcouru le quart de la longueur de Tchouri.

L’atterrisseur Philae
L’atterrisseur Philae

- Que va-t-il se passer maintenant au cours de cette mission qui a déjà remporté un formidable succès en posant Philae sur la surface d'une comète ? - Quelles mesures Philae est-il capable d'effectuer ? - S'il ne peut pas forer la surface de Tchouri pour analyser des échantillons, la mission Rosetta ne manquera-t-elle pas l'un de ses objectifs essentiels? - Que peuvent nous révéler la composition de Tchouri sur les origines de la vie sur Terre? **- Pourrions-nous obtenir une confirmation de l'hypothèse de l'apport de l'eau sur Terre via les comètes ? **

La taille de Tchouri par rapport à celle de Paris
La taille de Tchouri par rapport à celle de Paris
- BBC

►►►du vendredi 14 novembre 11h et jusqu'au dimanche 16 novembre 23h, découvrez l'ensemble du programme des festivités organisées pour célébrer la réouverture de la Maison de la Radio !
►►► Et le programme des émissions de France Culture, en direct et en public