La hausse de l'intelligence tout au long de l'histoire de l'humanité s'est arrêtée à notre époque, voire qu'une tendance à la baisse s'est amorcée. ©Getty - 	Mischa Keijser
La hausse de l'intelligence tout au long de l'histoire de l'humanité s'est arrêtée à notre époque, voire qu'une tendance à la baisse s'est amorcée. ©Getty - Mischa Keijser
La hausse de l'intelligence tout au long de l'histoire de l'humanité s'est arrêtée à notre époque, voire qu'une tendance à la baisse s'est amorcée. ©Getty - Mischa Keijser
Publicité
Résumé

Faute d’instrument plus détaillés, la mesure de l’intelligence tend toujours à se résumer à un seul chiffre : le QI. Pour autant faut-il continuer à parler d’une intelligence au singulier ou d’intelligences au pluriel ?

avec :

Franck Ramus (directeur de recherches au CNRS, professeur au laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique à l'Ecole Normale Supérieure, membre du Conseil scientifique de l'Education nationale), Michel Habib (est neurologue, praticien hospitalier, chercheur en neurologie et neuro-psychologie au CHU-Hôpital de la Timone, Marseille, auteur de "Bases neurologiques des comportements" Elsevier Masson), Stéphanie Crescent (professeur d’anglais).

En savoir plus

Ainsi, faute d’instrument plus détaillés, la mesure de l’intelligence tend toujours à se résumer à un seul chiffre. Pour justifier cette approche, les scientifiques plaident pour une corrélation entre les différentes formes d’intelligence, une sorte d’homogénéité des capacités intellectuelles. Autrement dit, si on est doué en maths, on est doué en tout. C’est d’ailleurs ce qui ressort des méthodes d’évaluation des élèves qui continuent à largement privilégier cette aptitude. 

8 min

Pourtant, le psychologue américain Howard Gardner a constaté que des malades privés de certaines facultés intellectuelles, comme les autistes, développent fortement d’autres capacités. Il existerait donc, selon lui, des intelligences multiples assez indépendantes les unes des autres. Une façon de contester la valeur générale du QI et du facteur g et de remettre profondément en cause la mesure unique de l’intelligence.

Publicité
Principaux lobes du cerveau
Principaux lobes du cerveau
- Mysid
  • Quel est le rôle actuel des tests de QI dans les différentes modes de sélection, aussi bien à l’école que dans la vie professionnelle ?
  • Peut-on distinguer différents facteurs, génétiques, environnementaux, familiaux ou éducatifs dans les processus de construction de l’intelligence d’un individu ?
  • L’intelligence est-elle une capacité figée à partir d’un certain âge ou bien peut-elle évoluer au cours de la vie et des expériences vécues ?
  • A quels types d’intelligence l’éducation scolaire fait-elle principalement appel ?
  • Faut-il continuer à parler d’une intelligence au singulier ou d’intelligences au pluriel ?

Vidéo:  Michel Habib parle de l'intelligence des enfants précoces: