France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Christophe Didier Directeur Scientifique Adjoint de l'INERIS (L’Institut National de l’EnviRonnement Industriel et des RisqueS)
  • Patrice Geoffron professeur d’économie à l’Université Paris-Dauphine, directeur de l’équipe Energie Climat.
  • Karim Ben Slimane Chef du département Prévention et Sécurité Minière du BRGM
  • Vincent Nouyrigat journaliste au magazine science et vie
Affleurement naturel d'une veine de charbon bitumineux en Nouvelle-Écosse.
Affleurement naturel d'une veine de charbon bitumineux en Nouvelle-Écosse.
- Rygel, M.C.

Vous détestez le gaz de schiste ? Mais allez-vous aimer le gaz de charbon ? Si je vous donne l'autre nom de ce gaz, vous n'allez certainement pas l'adorer puisqu'il s'agit du tristement célèbre grisou. Ses explosions dans les mines de charbon, les fameux coups de grisou, ont provoqué des milliers morts dans les mines du monde entier. La seule catastrophe de Courrières, le 10 mars 1906, a fait 1099 victimes. La plus meurtrière a eu lieu en Chine le 25 avril 1942: 1549 morts. Et l'an dernier encore, le 29 mars, la Chine comptait 28 victimes dans sa mine de Babao. Le grisou a donc beaucoup tué et il tue encore dans les pays qui exploitent des mines de charbon. Pourquoi un tel danger, malgré des siècles d'exploitation minière ? Parce que le grisou est consubstantiel au charbon. Qu'il est inodore et invisible et que, entre 5 et 15% de concentration dans l'air, il devient très explosif. Le grisou est en fait essentiellement composé de méthane.

Or, le méthane est le principal constituant du gaz naturel. Et le gaz naturel fournit 15% de l'énergie consommée en France. Importé à 99% de Norvège, des Pays Bas et de Russie, il a coûté à la France 13,5 milliards d'euros en 2012, une facture en augmentation de plus de 16% en un an. Pourtant, les anciennes mines de charbon françaises, dont la dernière a fermé le 24 avril 2004, regorgent encore de grisou encore appelé gaz de charbon. Selon les estimations des géologues, cités dans l'enquête de Science et Vie, les bassins houillers français pourraient contenir assez de gaz pour assurer 10 années de consommation nationale. Soit un trésor enfoui de quelque 130 milliards d'euros... En pleine crise économique, et faute de connaître les ressources françaises en gaz de schiste, une telle somme donne à réfléchir...

Publicité
Gas Works Park à Seattle, dernière usine de gaz de charbon aux Etats-unis
Gas Works Park à Seattle, dernière usine de gaz de charbon aux Etats-unis
- Joe Mabel
  • Pourquoi le gaz de charbon contient-il autant de méthane ?
  • Pourquoi a-t-on arrêté presque totalement son exploitation alors qu'elle existait dans les années 1960 où le grisou, purifié, était injecté dans le réseau public de gaz naturel ?
  • Comment peut-on extraire le gaz de charbon ?
  • Les techniques utilisées sont-elles différentes de la fracturation hydraulique dont l'interdiction depuis 2011 en France empêche toute exploration et exploitation du gaz de schiste ?
  • L'extraction du gaz de charbon entraine-t-elle des problèmes de pollution de l'eau ou de l'air et des dangers d'explosion ?

En partenariat avec Science et Vie Retrouvez Science publique sur Facebook

Science publiques: Invités de l'émission Gaz de Charbon
Science publiques: Invités de l'émission Gaz de Charbon
© Radio France - Xavier Coppolani

L'équipe