France Culture
France Culture
Publicité
L'astéroïde Lutecia photographié par la sonde Rosetta
L'astéroïde Lutecia photographié par la sonde Rosetta
- ESA

**> Plusieurs problèmes techniques ont affecté la réécoute et le podcast de cette émission après la diffusion. **

Après correction, tout fonctionne à nouveau normalement. Merci de votre patience, et toutes nos excuses pour la gêne occasionnée.

Publicité

La fin du monde est-elle pour le 21 décembre 2012, c'est-à-dire dans moins de deux mois selon certaines interprétations du calendrier Maya ? Ou bien, plus sérieusement, pour le dimanche de Pâques 2036, ce qui nous laisserait un peu plus de temps ? Cette seconde hypothèse apparaît nettement plus sérieuse que la première. En effet, parmi les véritables phénomènes pouvant provoquer la fin du monde ou, du moins, la disparition de l’homme sur Terre, la collision avec un astéroïde arrive en bonne place. Or, le 13 avril 2036, l’astéroïde Apophis doit croiser l’orbite de la Terre avec un risque de collision évalué aujourd’hui à 1 sur 37. Ce qui peut paraître une probabilité faible est, en réalité, considéré comme très inquiétante par les astronomes. D’autant que le choc serait terrifiant. Il équivaudrait à pas moins de 58 000 bombes atomiques. De quoi détruire un pays de la taille de la France. Avec des répercussions planétaires. On se souvient du sort des dinosaures…

On oublie facilement que la Terre est bombardée en permanence par des météorites et autre objets célestes. Dans son livre intitulé « Astéroïdes : la Terre en danger », l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet rappelle que pas moins de 1000 tonnes de cette matière provenant de l’espace arrive sur Terre chaque jour, sous des formes allant de la poussière à la pierre de 100 kg. Dans le système solaire, les astronomes estiment à quelque 3 millions le nombre de géocroiseurs, ces astéroïdes évoluant à proximité de la Terre. Et 90% d’entre eux resteraient non détectés aujourd’hui. Cela signifie qu’une mauvaise surprise est toujours possible. Et que, comme le craignaient judicieusement les Gaulois, le ciel peut vraiment nous tomber sur la tête. L’un des astéroïdes menaçants a d’ailleurs été nommé… Toutatis.

D’où viennent les astéroïdes qui circulent dans le système solaire ?

Peut-on évaluer précisément des risques de collision entre un gros astéroïde et la Terre ?

Quelles seraient les conséquences d’un tel choc, en fonction de la taille de l’astéroïde ?

Comment se fait-il que 90% des géocroiseurs restent indétectés aujourd’hui ?

Si une collision s’avérait très probable, existerait-il des moyens pour détourner l’astéroïde de sa trajectoire ?

Invités: - Jean Pierre Luminet , astrophysicien à l’observatoire de paris et directeur de recherche au CNRS, auteur, entre autres ouvrages, du livre intitulé Astéroïdes : la Terre en danger », publié aux éditions Le Cherche Midi.. - Patrick Michel , astrophysicien à l'Observatoire de la Côte d’Azur. Directeur de Recherches au CNRS et responsable du Groupe de Planétologie du Laboratoire Lagrange à l'Observatoire de la Côte d’Azur. - David Bancelin , astronome à L'institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides, l’IMCCE, installé au sein de l’Observatoire de Paris.

Vidéos:

L'équipe

Michel Alberganti
Production
Marie Dalquié
Collaboration
Dany Journo
Réalisation