Publicité
En savoir plus

"Il y aurait une thèse à écrire, une thèse d’histoire culturelle, sur l’Eurovision. Car le mois de mai c’est celui du concours Eurovision de la chanson, et qui n’a pas moins d’un milliard de téléspectateurs. Une popularité de cette proportion-là révèle sans doute quelque chose des sociétés qui la produisent. La quantité révèle toujours quelque chose, ne serait-ce que la frivolité. Pour l’Eurovision, outre des considérations sociologiques et politiques, il y a aussi ceci. Les hétérosexuels du monde entier ne le savent peut-être pas, mais la fête nationale des gays, ce n’est pas la journée de l’homophobie, ce n’est pas la Gay Pride, c’est l’Eurovision. Ce jour-là, ils organisent des soirées dans tous les pays du monde où l’on diffuse ce concours, se réunissant pour écouter les chansons. Qu'est-ce que cela révèle d'une esthétique du kitsch et du camp? "Charles Dantzig

Références

L'équipe

Charles Dantzig
Charles Dantzig
Charles Dantzig
Production
Clotilde Pivin
Réalisation
Catherine Donné
Collaboration