Publicité
En savoir plus

Les noms des couleurs servent souvent de métaphores sans beaucoup de raison. Quand on dit bleu ciel, de quelle ciel s’agit-il ? Du ciel délavé du nord de la France ? Du ciel jaune du Kenya ? Pourquoi ne dit-on pas « rouge ciel », puisque après tout il arrive souvent que, le soir, le ciel ressemble à un pot de confiture de fraise renversé ? Tout cela, c’est sans doute le drame des associations d’idées. On croit qu’associer des idées est intelligent, alors que, le plus souvent, cela produit au mieux un calembour. Comme disait Remy de Gourmont, les idées, mieux vaut les dissocier. Comme le ciel est bleu, on associe au mot « bleu » des idées de rêverie, de liberté. Quand je dis idées, je devrais dire sensations. Des bleus, il y en a beaucoup. Naturels, chimiques, pastel ou cyan, ou encore indigo. Quel est le secret professionnel de l’indigo ? A l’occasion de l’exposition "Indigo" qui se tient la bibliothèque Forney, à Paris, jusqu’au 18 avril, je reçois son commissaire, Catherine Legrand .

Charles Dantzig

Publicité
Les mains d’un teinturier-imprimeur autrichien tenant deux blocs de pigment indigo indien
Les mains d’un teinturier-imprimeur autrichien tenant deux blocs de pigment indigo indien
Références

L'équipe

Charles Dantzig
Charles Dantzig
Charles Dantzig
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Clotilde Pivin
Réalisation