Publicité
En savoir plus
Elsa Guillaume, Le naufrage des Bernardes-l’hermites, eau-forte et gaufrage, tirage limité à 3ex., 75 x 53 cm
Elsa Guillaume, Le naufrage des Bernardes-l’hermites, eau-forte et gaufrage, tirage limité à 3ex., 75 x 53 cm

" Dans la manie qu’a l’homme de tout anthropologiser, pour, peut-être, se prouver à lui-même sa supériorité et la merveille qu’il est, il laisse échapper peu d’animaux à son assignation morale généralisée. Et qui sait ? Qui sait si, au milieu des océans, les poissons, dans leur pensée poisson, ne regardent pas d’un œil lourd le plongeur qui passe et ne disent pas : « homme comme un plongeur » ? Homme comme nous disons bête, n’est-ce pas, dans bête comme un âne. Les poissons ne prendraient jamais le mot bête dans un sens péjoratif. Quant au bernard-l’ermite, animal du bord de l’eau, on avait très peu analysé sa symbolique jusqu’à un livre qui vient de paraître. Quel est le secret professionnel du bernard l’ermite et de la condition humaine ? Je reçois pour en parler Lucien d’Azay , écrivain, traducteur, qui publie aux Belles Lettres, dans la collection Tibi dirigée par Laure de Chantal, l’Ode à un bernard-l’ermite ."

Bibliographie :

Publicité

Roberto Finzi, L’onesto porco , Bompiani

Lucien d’Azay, Ode à un bernard-l’ermite , coll. Tibi, Les Belles Lettres

Références

L'équipe

Charles Dantzig
Charles Dantzig
Charles Dantzig
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Clotilde Pivin
Réalisation