France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
d
d

Il y a eu en France une famille un peu folle qui a porté la couronne et ne s’en est pas seulement servi pour l’utilité. Cette famille, c’étaient les Valois. Il y a eu de bons rois Valois, comme Louis XII, il y en a eu de moins bons, comme Charles VI, le roi fou, mais presque tous avaient des qualités charmantes, comme d’aimer la littérature. François Ier, le neuvième des treize rois Valois, et le premier de la branche Valois-Angoulême, aimait tellement la littérature qu’il en écrivait, et raffolait aussi tellement des arts qu’il a fait venir en France Léonard de Vinci, dont on se demande s’il n’a pas participé aux plans d’un de ses plus chers châteaux. D’où est venue à François Ier la folie de ce château, l’un des (apparemment) plus fous qui puisse se voir sur la terre, un château dont Chateaubriand disait qu’« il se présente comme une femme dont le vent aurait soufflé en l’air la chevelure », je veux dire le château de Chambord ? François Ier en a passé la commande le jour de son 25e anniversaire, décidant je le cite, « un bel et somptueux édifice en lieu et place de Chambord ». Et c’est en gros tout ce qu’on sait de ce château, dont l’édification est très mystérieuse, et dont la signification ne l’est pas moins. Chambord est-il un château mystique? A l’occasion du 500e anniversaire de l’accession au trône de François Ier, pour découvrir le secret professionnel du château de Chambord, je reçois Jean d’Haussonville , directeur général de l’Etablissement public du Domaine national de Chambord.

Charles Dantzig

Publicité

Bibliographie :

Le château de Chambord , éd. du Patrimoine

Chasses princières dans l’Europe de la Renaissance , Actes sud

Chateaubriand, Vie de Rancé , Folio

Références

L'équipe

Charles Dantzig
Charles Dantzig
Charles Dantzig
Production
Daphné Abgrall
Collaboration
Clotilde Pivin
Réalisation