France Culture
France Culture
© Aucun(e)
© Aucun(e)
© Aucun(e)
Contes des chrysanthèmes tardifs,  de Kenji Mizoguchi  1939.
Contes des chrysanthèmes tardifs, de Kenji Mizoguchi 1939.
Premier entretien de la première "Nuit Cinéma japonais", Albane Penaranda propose un programme d'archives et reçoit Pascal-Alex Vincent, qui a dirigé l'édition du "Coffret L'Âge d'or du cinéma japonais 1935-1975", et Hervé Pichard pour l'exposition "L'Écran japonais, 60 ans de découvertes".
40 min
Affiche du film "Les contes de la lune vague après la pluie" de Kenji Mizoguchi, 1953
Affiche du film "Les contes de la lune vague après la pluie" de Kenji Mizoguchi, 1953
En 1962, l'émission "Connaître le cinéma" abordait le thème "Le rêve et la poésie au cinéma" à travers le film de Kenji Mizoguchi "Contes de la lune vague après la pluie". Jean Mitry était entouré de Claude Belly, Marcel Martin et Paul-Louis Thirard.
35 min
"Voyage à Tokyo" de Yasujirô Ozu, 1963.
"Voyage à Tokyo" de Yasujirô Ozu, 1963.
En 2007, Jean Douchet, présentait le cinéma du cinéaste japonais Yasujiro Ozu : sa technique, son originalité, la thématique de ses films, son écriture cinématographique. Une causerie illustrée par de nombreux extraits de films.
34 min
Affiche du film "Feux dans la plaine" de Kon Ichikawa, 1959.
Affiche du film "Feux dans la plaine" de Kon Ichikawa, 1959.
En 1964, l'émission "Connaître le cinéma" analyse le film "Feux dans la plaine" de Kon Ichikawa.
50 min
Toshiro Mifune et Machiko Kyo dans Rashomon d'Akira Kurosawa (1950)
Toshiro Mifune et Machiko Kyo dans Rashomon d'Akira Kurosawa (1950)
"La Porte de l'enfer" de Teinosuke Kinugasa en 1954, "Kagemusha" d'Akira Kurosawa en 1980, Shōei Imamura par deux fois, avec "La Ballade de Narayama" en 1983 et "L’Anguille" en 1997 : plusieurs fois le cinéma japonais a été distingué de la suprême récompense du Festival de Cannes...
42 min
Ran, Akira Kurosawa, 1985
Ran, Akira Kurosawa, 1985
En 1985, les "Nuits magnétiques" proposent une rencontre avec le cinéaste Akira Kurosawa, son producteur Serge Silberman et le directeur de production Ully Pickardt. Kurosawa analyse son oeuvre, dont son dernier film "Ran".
1h 00
"Contes cruels de la jeunesse" de Nagisa Oshima, 1960.
"Contes cruels de la jeunesse" de Nagisa Oshima, 1960.
En 1998, pour le "Ciné-club" de France Culture, Pascale Lismonde proposait de mieux connaître la personnalité et l'œuvre sulfureuse de Nagisa Oshima, réalisateur de "L'Empire de la passion", "Furyo", "Max mon amour", parmi d'autres films. Un entretien illustré par des lectures de son journal intime.
1h 30
Coffret "l'âge d'or du cinéma japonais, 1935-1975"
Coffret "l'âge d'or du cinéma japonais, 1935-1975"
Dernier entretien avec Pascal-Alex Vincent et Hervé Pichard au micro d'Albane Penaranda pour terminer la première "Nuit Cinéma japonais". Une Nuit d'archives composée d'émissions sur Mizoguchi, Kurosawa, Ozu, Oshima, parmi d'autres...
8 min
Le compositeur japonais Toru Takemitsu, 1961
Le compositeur japonais Toru Takemitsu, 1961
Premier temps des “Carnets de notes” que Philippe Langlois consacrait en 2001 à l'un des grands compositeurs japonais du vingtième siècle, Toru Takemitsu. Il est en particulier question du film “La femme des sables”, récompensé par le Prix spécial du jury au Festival de Cannes de 1964.
24 min

À propos du podcast

© Aucun(e)
© Aucun(e)

Cette Nuit est une invitation à mieux connaître les premiers âges du cinéma japonais dont l'essentiel du patrimoine d'avant 1945 fut détruit ou éparpillé par les catastrophes naturelles, les bombardements et les censures successives.

La Porte de l'enfer de Teinosuke Kinugasa en 1954, Kagemusha d'Akira Kurosawa en 80, Shōei Imamura par deux fois, avec La Ballade de Narayama en 83 et L’Anguille en 97… Plusieurs fois le cinéma japonais a été distingué de la suprême récompense du Festival de Cannes, et à de multiples reprises, avec Ichikawa, Teshigahara, Kobayashi, Kinugasa ou Oshima, il a figuré à son palmarès. À l'occasion de la 70ème édition du Festival, pour célébrer le septième art, France Culture propose deux Nuits consacrées au cinéma japonais.

Pascal-Alex Vincent, spécialiste du cinéma japonais, et Hervé Pichard, de la Cinémathèque Française, nous accompagnent dans cette première Nuit. Avec eux, nous voyageons dans l'histoire du cinéma au Japon pour en dégager les différents moments depuis ses débuts, à l'aube du vingtième siècle, jusqu'à la fin des années cinquante et l'émergence de sa Nouvelle Vague. Nous voyons comment s'est développée l'industrie cinématographique, jusqu'à devenir l'une des plus prolifiques au monde, dans un pays pétri de traditions, passé en accéléré des temps féodaux aux temps modernes ; comment le cinéma y a traversé les tremblements de terre et les cataclysmes d'une histoire ravagée par la folie militaro-nationaliste payée de destructions massives et d'une occupation étrangère.

Longtemps l'Occident a résumé la cinématographie nippone aux seuls noms de ses maîtres Mizoguchi, Ozu, Kurosawa et à quelques-uns de leurs films. Même si depuis quelques années, l'univers de la Princesse Mononoké et du Voyage de Chihiro est devenu familier aux enfants du monde entier, la cinématographie japonaise reste largement méconnue. Cette Nuit est une invitation à mieux connaître les premiers âges d'un cinéma dont l'essentiel du patrimoine d'avant 1945 fut détruit ou éparpillé par les catastrophes naturelles, les bombardements et les censures successives.

Ecouter la seconde Nuit consacrée au Cinéma japonais : 1960 et après, Nouvelle Vague et multiples visages du cinéma au Japon
  • Production : Albane Penaranda
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Edition web : Documentation Sonore de Radio France
  • 1ère diffusion le 21 mai 2017