France Culture
France Culture
Carla Bruni, voix libre
Carla Bruni, voix libre
Carla Bruni et sa soeur, l'actrice Valeria Bruni Tedeschi, encadrant leur mère la pianiste Marisa Borini en 2009.
Carla Bruni et sa soeur, l'actrice Valeria Bruni Tedeschi, encadrant leur mère la pianiste Marisa Borini en 2009.
Premier épisode de cet entretien avec l'ancien mannequin, chanteuse et compagne de Nicolas Sarkozy : elle y raconte ses racines familiales et sa jeunesse entre l'Italie et la France.
29 min
Carla Bruni au défilé haute couture Dior printemps-été 1994
Carla Bruni au défilé haute couture Dior printemps-été 1994
Second volet de cet entretien avec Carla Bruni dans lequel l'ex-mannequin star donne son regard sur la beauté telle qu'elle l'a côtoyée à différents moments de sa vie, sur les podiums, à l'Elysée, aujourd'hui sur les réseaux sociaux.
29 min
Carla Bruni interprète à la télévision italienne en janvier 2009
Carla Bruni interprète à la télévision italienne en janvier 2009
Dans ce troisième entretien "A voix nue", Carla Bruni raconte comment la musique l'a habitée depuis toujours.
29 min
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans les jardins du Palais de l'Elysée le 17 septembre 2011
Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans les jardins du Palais de l'Elysée le 17 septembre 2011
Comment l'ex-première dame a-t-elle concilié sa vie de couple avec les changements politiques ? Dans ce quatrième entretien, on passe en revue des années en première ligne.
29 min
Carla Bruni à Londres en mars 2008
Carla Bruni à Londres en mars 2008
Mélancolie, liberté, colère... retour sur soi pour ce dernier temps des entretiens avec Carla Bruni.
30 min

À propos de la série

Retrouvez 2h30 d'entretien de Carla Bruni avec Marie-Laure Delorme, réalisation Lionel Quantin. "Elle intrigue, elle horripile, elle fascine. Je l’avais sollicitée, en vain, à plusieurs reprises. Elle est entrée en contact avec moi à la suite d’un papier…

Retrouvez 2h30 d'entretien de Carla Bruni avec Marie-Laure Delorme, réalisation Lionel Quantin.

"Elle intrigue, elle horripile, elle fascine. Je l’avais sollicitée, en vain, à plusieurs reprises. Elle est entrée en contact avec moi à la suite d’un papier que j’avais écrit sur Désintégration (Editions de L’Olivier, 2018) d’Emmanuelle Richard. Une héroïne issue d’un milieu modeste, qui n’arrive pas à s’intégrer dans la société française, y clame sa haine violente des privilégiés. La jeune femme ne trouve sa place nulle part et est au bord de l’implosion-explosion. Les riches, elle les déteste. Carla Bruni m’a appelée, un dimanche, pour parler de Désintégration. Je ne sais pas si ça lui plaisait, mais ça l’intéressait. Quand je rencontre Carla Bruni pour A Voix nue, quelques mois plus tard, le livre est posé sur sa table de travail et elle m’en parle à nouveau. Elle m’interroge : d’où naît ce sentiment de ne pas être à sa place ?

Pour l’entretien d’A Voix nue, elle n’a rien demandé avant, pendant, après. Elle était malade, mais elle n’a pas annulé. La conversation s’est faite dans les conditions du direct, dans une petite pièce isolée où elle travaille sa musique. Elle a été comme elle est, paraît-il, en petit comité : séductrice, libre, drôle, provocatrice, joueuse. De ses larmes quand elle évoque Mademoiselle l’Aventure de Francis Cabrel sur l’adoption, en passant par Nicolas Sarkozy qu’elle qualifie d’"outsider", jusqu’à sa défense des "liens choisis" contre les "liens du sang", le fil directeur est évident : elle a découvert tardivement qu’Alberto Bruni Tedeschi n’était pas son père biologique et elle se sent bien uniquement quand elle n’est pas à sa place. Elle n’est pas une affranchie, elle est une décalée. Durant cette conversation de 2h30, on l’entend traverser toute la gamme des émotions.

Provenant de l'émission

À voix nue, du lundi au vendredi de 20h à 20h30 sur France Culture

Une émission qui recueille les paroles, les réflexions de celles et ceux qui marquent notre temps.