France Culture
France Culture
De l'autre côté de l'enfer
De l'autre côté de l'enfer
Rues la nuit
Rues la nuit
Épisode 1/4 : De l'autre côté de l'enfer
Alain Zorsky est pris dans les méandres d’un complot aux ramifications tant politiques que policières, menaçant de faire s’effondrer la République.
59 min
Un corps dans les rues de Paris
Un corps dans les rues de Paris
Épisode 2/4 : L'écho des ténèbres
Une nuit, un homme est découvert mort dans une impasse parisienne. Deux balles dans la poitrine. Dans ses poches, les coordonnées d’Alain Zorsky.
56 min
un atelier de peintre
un atelier de peintre
Épisode 3/4 : La bête immonde
Le peintre Sternberg, a été assassiné dans son atelier. Meurtre crapuleux ou crime antisémite ? Zorsky va être confronté à une vérité effrayante.
57 min
Maroc
Maroc
Épisode 4/4 : Mensonges blues et Le nouveau tigre
Zorsky est recruté pour la libération d’Alissia, prisonnière d’un groupe terroriste au Maroc. C’est alors qu’il apprend qu’elle est sa fille
57 min

À propos de la série

Au cours de ces quatre enquêtes, Zorsky, confronté à son passé de tueur au service de l’État, risque à nouveau sa vie en fouillant les poubelles de la Ve République.

Alain Zorsky est un agent retraité des services spéciaux de la République, une section parallèle de soldats sans uniformes délégués à des missions secrètes et parfois aux basses besognes sur l’hexagone et ailleurs.
Marqué par la mort tragique de son épouse, Zorsky a quitté ses fonctions et boit plus que de raison, traînant son mal de vivre avec cynisme et désespoir. Mais lorsque certains de ses amis, des anciens collègues ou des politiciens, ont besoin de lui pour se tirer du pétrin, Zorsky ne sait jamais leur refuser son aide, même s’il retrouve chaque fois sur sa route Frédéric Rodiot, un commandant de police qui œuvre pour la suppression des services spéciaux au profit de négociateurs officiels et sans permis de tuer. Toutefois ces deux hommes savent s’allier si leur pays est menacé par des terroristes et des activistes en mal de dictature.
Au cours de ces quatre enquêtes, Zorsky, confronté à son passé de tueur au service de l’État, risque à nouveau sa vie en fouillant les poubelles de la Ve République.

Réalisation : Pascal Deux
Scénario radiophonique : Noël Simsolo
Avec Marc Barbé dans le rôle de Zorsky
Musique originale : Damien Salançon
Conseillère littéraire : Caroline Ouazana
Une production France Culture – Service des fictions

Publicité

Fiction entièrement tournée en décors naturels, en région parisienne

Pour la première fois, France Culture présente une série non feuilletonnante avec «  De l’autre côté de l’enfer ».  En effet, chaque épisode de cette série est autonome et bouclé sur lui-même, mais dans chaque épisode, nous retrouvons les aventures d’un même personnage, Alain Zorsky, né de l’imagination de Noël Simsolo.  L’écriture se déploie également sur un même principe narratif, tout au long des 4 épisodes. Cette série est née de la création en 2016 d’une première enquête écrite sous forme d’unitaire par Noel Simsolo, et réalisée par Pascal Deux. L’épaisseur du personnage qui est au cœur de l’enquête,  sa mélancolie mais aussi son regard aigu posé sur la société et la politique, m’ont convaincue que nous tenions là un vrai personnage de fiction, digne des meilleures séries télévisées. Nous avons donc proposé à Noël Simsolo d’inventer de nouvelles enquêtes menées par Zorsky.  Et bien entendu à Pascal Deux de réaliser les nouveaux épisodes. C’est ainsi que Zorsky interprété magnifiquement par Marc Barbé est né pour la radio  et nous lui souhaitons maintenant un beau succès et  une longue vie de fiction.

Blandine Masson, conseillère de programmes pour les fictions - France Culture

Note d’intention  du réalisateur  Pascal Deux 
J’aime travailler avec Noël Simsolo. C’est un véritable auteur, qui excelle à dépeindre les tortures de l’âme. Nous avions collaboré une première fois il y a quelques années sur un premier opus (De l’autre côté de l’enfer), qui mettait en scènes ce personnage de Zorsky, un ancien des services spéciaux, promenant une désillusion désenchantée. J’avais choisi Marc Barbé pour ce rôle.  Sa voix, son timbre,  son jeu  avaient  apporté une incroyable incarnation à ce personnage. Avec cette réalisation, une grande complicité était née entre Simsolo, Barbé et moi.
Dès la diffusion de ce premier opus qui  au départ n'était pas destiné à être suivi d’autres, nous avions évoqué avec Blandine Masson, l’envie de poursuivre avec ce personnage de Zorsky.  Il y a quelques mois Blandine a donné suite à ce désir commun en lançant l’écriture de cette série qui est composée de trois nouveaux épisodes.
Dès la lecture, j’ai été touché et  très impressionné par la noirceur et la mélancolie des textes de cette nouvelle saison.
Bien sûr Simsolo sait construire des intrigues efficaces; son style est   irrigué par une connaissance sans faille du genre « noir », en écho au cinéma hollywoodien. Mais il y a aussi quelque chose dans son écriture auquel je suis très sensible, que je qualifierais  de très « nouvelle vague »: l’idée que les personnages sont plus importants encore que l’intrigue...même quand l’intrigue est bonne ! C’est marrant du reste car je ne lui ai jamais demandé si c’était une volonté revendiquée ou tout simplement dans sa nature… En tout cas pour moi, les personnages et l’atmosphère sombre et tendue étaient des moteurs très stimulants pour trouver une identité sonore à cette série tout en conférant une singularité à chaque épisode.
Cinq ans après le  premier opus, en terme de réalisation, ce qui m’intéressait c’était d’élaborer une fiction radiophonique  résolument cinématographique. Travailler plus encore que je ne l’avais déjà fait précédemment sur Projet Orloff ou encore Retour à Killybegs, sur des valeurs de plans, des profondeurs de champs, des mouvements de micro d’une façon équivalente en somme à ce que l’on peut faire au cinéma. Je me suis retrouvé dans une manière de travailler similaire à ce que j’avais vécu lors du tournage de mon documentaire Noble art que j’ai réalisé sur le monde de la boxe et Fabrice Benichou : en caméra à l’épaule et en son direct. Mais cette fois-ci avec un texte au cordeau, des comédien.ne.s fantastiques et une équipe technique des plus performantes ! J’ai tout enregistré en décors naturels, en extérieur, en mettant toujours les interprètes dans un certain état de tension, d’intranquillité, avec une croyance dans les éléments du réel pour intervenir et désorganiser de façon féconde ce qui pourrait être trop organisé et figé. Nous nous sommes souvent retrouvés  avec Marc Barbé et ses partenaires la nuit dans des ruelles, dans le froid, le vent. Le micro tel une caméra se rapprochait de lui ou s’éloignait; nous étions dans l’énergie et l’enjeu d’un plan séquence. Nous étions dans l’intimité de ces personnages de fiction, branchés sur le réel, en essayant de nous laisser traverser par les émotions et les sensations.
Je suis d’ailleurs très reconnaissant à mon équipe technique de Radio France (Djaisan Taouss et Mathieu Touren) de m’avoir suivi avec enthousiasme et talent dans cette recherche sonore et les difficultés supplémentaires qu’elle engendrait.
Et puis il y avait la musique pour moi essentielle aussi dans ce projet, véritable personnage qui vient faire résonner les tourments intimes de Zorsky. Je souhaitais avec Damien Salançon, le compositeur qui avait travaillé sur le premier opus, poursuivre  dans la voie d’une véritable musique de film. Les compositions de Damien réussissent à faire cohabiter des sonorités jazz  - qui sont un écho à la musique que Zorsky écoute pour habiter sa solitude - avec des sonorités très actuelles et plus électroniques… Pour les interprètes, nous avons eu le bonheur d’avoir des “pointures” de la scène française  jazz d’aujourd’hui (Médéric Collignon, Mathias Lévy, Jean Philippe Viret) ainsi que le formidable oudiste Hareth Mehdi.
Pascal Deux

Série en 4 épisodes.

Provenant de l'émission

le samedi de 21h à 22h sur France Culture

Un rendez-vous destiné au grand public : ces fictions auront pour mission de nous émouvoir, nous divertir, nous intriguer.