France Culture
France Culture
Elisabeth Revol : plus haut, plus vite, plus fort
Elisabeth Revol : plus haut, plus vite, plus fort
Elisabeth Revol, en février 2016, chez elle à Saoû, à son retour de sa troisième expédition au Nanga Parbat, toujours en hiver et déjà avec Tomek Mackiewicz
Elisabeth Revol, en février 2016, chez elle à Saoû, à son retour de sa troisième expédition au Nanga Parbat, toujours en hiver et déjà avec Tomek Mackiewicz
Épisode 1/2 : La montagne tueuse
Secourue in extremis en janvier 2018 par deux alpinistes polonais au terme de trois jours d'enfer vécus lors d'une expédition dans l'Himalaya, Elisabeth Revol, pour reprendre pied avec sa vie, est repartie en mai 2019 faire l’ascension de l’Everest.
28 min
Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche, à Valence, le 8 novembre 2019, à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre"
Elisabeth Revol dans les studios de France Bleu Drôme Ardèche, à Valence, le 8 novembre 2019, à l'occasion de la sortie de son livre, "Vivre"
Épisode 2/2 : affronter la montagne et soi-même
De retour à Chamonix, soignée pour ses graves gelures et amputée de doigts de pieds, Elisabeth exprime très vite le souhait de repartir et de recommencer à se hisser quasiment à la hauteur des avions de ligne, là où l’oxygène se fait si rare que l’homme peine à mettre un pied devant l’autre.
29 min

À propos de la série

L'alpiniste Elisabeth Revol, en janvier 2018, entreprend l’ascension du sommet pakistanais Nanga Parbat, haut de 8126 mètres. L’altitude lui provoque une hallucination. Elle imagine qu’on vient lui porter « du thé chaud » et que pour « remercier, il faut donner une chaussure ». Elle passe le pied à

L'alpiniste Elisabeth Revol, en janvier 2018, entreprend l’ascension du sommet pakistanais Nanga Parbat, haut de 8126 mètres. De cette ascension sans oxygène ni sherpa ,son compagnon de cordée n’est pas revenu.  La descente est terrible. L’altitude lui provoque une hallucination. Elle imagine qu’on vient lui porter "du thé chaud" et que pour "remercier, il faut donner une chaussure". Elle va passer le pied à l’air pendant 5 heures.

Provenant de l'émission

le samedi et le dimanche de 13h30 à 14h sur France Culture

Raconter des histoires du réel, et par le singulier toucher l’universel.