France Culture
France Culture
Figures juridiques de la démocratie économique (suite)
Figures juridiques de la démocratie économique (suite)
Quartier d'affaires le matin, La Défense, Paris, France
Est-ce qu’il peut y avoir démocratisation de l’entreprise ? Comment maintenir le pouvoir économique, qui a tendance à se concentrer entre quelques mains, sous le contrôle de l’Etat démocratique ? Le juriste Alain Supiot revient sur la définition de l'entreprise et son approche par le droit social.
58 min
De la PME de quartier aux multinationales de La Défense à Paris, le mot "entreprise" couvre un très large spectre d'activités économiques très différentes
Pourquoi la définition juridique de l’entreprise est-elle "vieille et insoluble" ? Demande Alain Supiot. À qui identifier l’entreprise et qu’est-ce qu’une activité économique ? Le juriste revient sur l’origine des mots, tout en rappelant les différences profondes qui séparent l’Etat et l’entreprise.
58 min
Reinier Vinkeles (1741–1816)  : La maison des Indes orientales sur la Oude Hoogstraat, 1768 (Het Oost-Indisch Huis aan de Oude Hoogstraat)
À quelles conditions l'entreprise pourrait-elle devenir un foyer de la démocratie ? Demande Alain Supiot. Le juriste explique pourquoi il faut "saisir la notion de fait normatif". Il s'attache à la "généalogie institutionnelle de l’entreprise", à partir de Grotius, Leibnitz, Gierke et Proudhon.
58 min
Caisse primaire centrale de sécurité sociale de la région parisienne affiche (lithographie, vers 1960)
Comprenons-nous encore en ce début de XXIe siècle, le principe de dignité humaine ? Alain Supiot s'attache aux juristes à la base du droit social en France, Léon Duguit, qui "a inventé un Etat serviteur du bonheur du peuple", et Raymond Saleilles, pour lequel "la responsabilité va avec le pouvoir" ?
58 min
Bill Gates joue à un jeu informatique avec un employé de Microsoft, lors de son discours d'ouverture au Comdex Computer Show à Las Vegas, le 15 nov. 1998
Que sont les manifestations de communion et quels en sont les enjeux, quand elles sont dirigées par les organes du pouvoir dans les entreprises ? Demande Alain Supiot. De quelle façon la dichotomie entre individu et société substitue-t-elle des abstractions irréelles à l'expérience sociale ?
58 min
Icônes d'entreprise : réunions d'affaires, présentateurs, employés, conseil d'administration, réunions diverses, conventions, webinaires...
Pourquoi, selon le juriste Alain Supiot, est-ce sur le terrain professionnel que renaît l'idée d'une autre forme de démocratie, fondée sur la représentation de la diversité des intérêts — et non plus sur le nombre, comme l’a définie la Révolution française ?
58 min
Portrait des ministres Jean Auroux et Jean Le Garrec à la sortie du conseil des ministres dans la cour de l'Elysée le 30 juin 1982 à Paris, France.
Quel est l’enjeu de la désinstitutionnalisation de l’entreprise, qu’elle soit publique ou privée ? Le juriste Alain Supiot revient sur la dynamique législative de l'autoréglementation de l'entreprise, depuis les réformes Auroux de 1982.
58 min
L'autoréglementation a guidé les réformes en 2016 (Loi El Khomri) et en 2017 (ordonnances Macron) qui ont consacré le "contrat collectif d’entreprise"
De quelle façon le "reflux de la démocratie sociale" a-t-il pour contrepartie un progrès des liens d’allégeance et non un minimum de démocratisation dans l’entreprise ? Demande Alain Supiot.
58 min
Négociations salariales collectives pour environ 2 millions d'employés travaillant dans la fonction publique, Stuttgart le mercredi 11 novembre 1964.
L’invocation de l’exemple allemand pour justifier les réformes du Code du travail français est-elle fallacieuse? Les réformes françaises se rapprochent-elles davantage de l’expérience du Royaume-Uni? Le juriste Alain Supiot analyse l’enjeu de l’équilibre des forces au sein de l’entreprise.
58 min

À propos de la série

Est-il possible de faire de l’entreprise l’un des cadres de la démocratie économique? Jusqu’à quel point les entreprises transnationales peuvent-elles exercer un pouvoir normatif susceptible de concurrencer celui des états? Alain Supiot analyse les conditions de la démocratisation de l'entreprise.

Fondateur de l’ Institut d’Etudes Avancées de Nantes, professeur émérite au Collège de France, titulaire de la chaire État social et mondialisation : analyse juridique des solidarités (2012-2019), Alain Supiot propose une grande enquête autour des figures juridiques de la démocratie économique, donnée en deux parties.

En 2016-2017, le juriste s'est penché sur la démocratie économique. "La première partie a retracé la généalogie de l’économie politique de la démocratie dans la culture juridique occidentale, et la seconde a eu pour objet l’évolution contemporaine des relations entre la démocratie politique et la liberté d’entreprendre".

En 2017-2018, Alain Supiot s'est attaché à la question de la démocratisation de l’entreprise. "La première partie a cherché à saisir juridiquement la notion d’entreprise, en analysant les difficultés de sa définition, en retraçant sa généalogie institutionnelle et en revisitant les théories dont elle a fait l’objet en droit social. La seconde partie du cours a traité des conditions d’une démocratisation de l’entreprise, en analysant", la déréglementation publique, "la tension normative dont elle est aujourd’hui l’objet et la dynamique de son autoréglementation".

Provenant de l'émission

Les Cours du Collège de France, Du lundi au vendredi de 5h à 6h sur France Culture

Les grandes voix du savoir pour tous.