France Culture
France Culture
François Besse ou l’artisan de la liberté
François Besse ou l’artisan de la liberté
François Besse, Mardi gras, 1955
François Besse, Mardi gras, 1955
Le père de François Besse est un réfugié espagnol, qui peut se montrer autoritaire et violent, sa mère, femme de ménage, est aimante et lui donne le goût de la vie. Mais à l’école, il fait partie du « groupe du fond ».
29 min
François Besse au premier rang, huitième en partant de la gauche 1966 Rugby
François Besse au premier rang, huitième en partant de la gauche 1966 Rugby
Fugue, puis travail à Strasbourg dans une usine de sièges d’automobiles, licenciement, premier cambriolage, première condamnation, première incarcération. Puis service militaire. Puis viendra la première arrestation pour un délit qu’il n’a pas commis. Elle fera bifurquer sa vie.
29 min
François Besse en 1983, à Madrid dans la prison de Carabanchel construite par les prisonniers politiques
François Besse en 1983, à Madrid dans la prison de Carabanchel construite par les prisonniers politiques
25 ans, c’est l’âge de la première évasion, à la suite d’une première condamnation injuste. S’ensuit la véritable entrée dans la délinquance, à la cadence d’une réaction en chaîne : arrestations, évasions, cavales, amours, braquages, courses poursuite, nouvelles arrestations…
29 min
François Besse (à gauche). Cours de français 2020 au sein de la communauté Emmaüs
François Besse (à gauche). Cours de français 2020 au sein de la communauté Emmaüs
"Je me suis trop souvent trompé par manque de connaissances", dit un jour François Besse. Grâce à des rencontres décisives en prison, notamment celle d’un professeur de philosophie, il découvre Spinoza, qu’il étudie en profondeur au point d’estimer qu’il manque de temps alors même qu’il est enfermé.
29 min
François Besse fait découvrir à des jeunes comment se servir des outils,  2018
François Besse fait découvrir à des jeunes comment se servir des outils, 2018
François Besse reconnaît avoir confondu justice et administration judiciaire. En bon connaisseur du milieu carcéral et de ceux qui le traversent ou y stagnent, il porte aujourd’hui un regard éclairé, critique et argumenté sur la prison, dont il souhaite qu’elle soit remplacée par d’autres structures
29 min

À propos de la série

François Besse est né à Cognac en 1944, quelques semaines après le débarquement en Normandie. Adolescent, il joue au rugby et pratique la gymnastique, ne fait jamais l’école buissonnière, mais il a presque toujours la tête ailleurs. Bien plus tard,…

François Besse est né à Cognac en 1944, quelques semaines après le débarquement en Normandie. Adolescent, il joue au rugby et pratique la gymnastique, ne fait jamais l’école buissonnière, mais il a presque toujours la tête ailleurs. Bien plus tard, d’aucuns le surnommeront le « roi de l’évasion », non sans quelque argument : François Besse a vécu vingt ans en prison, d’où il s’est échappé à sept reprises, notamment du Quartier de Haute Sécurité de la prison de la Santé.
C’est derrière les barreaux qu’il se passionne pour la philosophie, notamment pour celle de Spinoza. En 1997, à l’âge de 53 ans, il passe et obtient son baccalauréat. Suivront d’autres diplômes, en philosophie, bien sûr, mais aussi en ingénierie du son. À sa libération, en 2006, il devient encadrant social dans une association de réinsertion de délinquants. Puis il intègre Emmaüs Défi où il œuvre à la   réinsertion de sans-abri par le travail, et répare des ordinateurs qui sont ensuite distribués à ceux qui en ont besoin.
Lors de son dernier procès, en 2002, qui marqua tous les esprits, il déclara : « Je tiens à bien intégrer en moi le fait que j'ai pu faire du mal et que je me dois de réparer ». De fait, la réparation et la réconciliation, dopées chez lui par une sorte de joie existentielle inextinguible, sont   aujourd’hui ses deux grandes « affaires ».
Ce parcours hors-norme, au bout duquel apparaît clairement la figure d’un honnête homme, interroge à l’évidence chacun d’entre nous : quelles sont les pièces de notre identité ? Pouvons-nous, au fil du temps, demeurer   nous-mêmes tout en devenant autrement que nous fûmes ? Et que veut dire « être libre » ?

Une série d'entretiens produite par Etienne Klein, réalisée par Delphine Lemer. Prise de son : Yann Fressy. Attachée de production : Daphné Abgrall.  Coordination : Sandrine Treiner.

Provenant de l'émission

À voix nue, du lundi au vendredi de 20h à 20h30 sur France Culture

Une émission qui recueille les paroles, les réflexions de celles et ceux qui marquent notre temps.