France Culture
France Culture
© ., Radio France
© ., Radio France
© ., Radio France
Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013.
Damas (Syrie), 24 août 2013 - Des soldats syriens sont vus au front de Jobar, près de la capitale de Damas, le 24 août 2013.
Au printemps 2013, alors qu'ils entrent clandestinement en Syrie, Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt ont un but alors que le régime de Bachar Al-Assad interdit l'accès : arriver à Damas pour témoigner du conflit qui oppose l’armée régulière et les rebelles des forces syriennes libres.
14 min
Damas (Syrie), le 13 novembre 2013. Intérieur d'un bâtiment détruit dans la ville de Hajira, à la périphérie de Damas, la capitale syrienne.
Damas (Syrie), le 13 novembre 2013. Intérieur d'un bâtiment détruit dans la ville de Hajira, à la périphérie de Damas, la capitale syrienne.
A Damas, Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt découvrent le quotidien sous les bombes. Ils suivent les rebelles lorsqu’ils montent au front pour un bout de rue, partagent leurs repas, leurs moments de joie et de désespoir. Ils vivent la guerre au jour le jour.
14 min
"Syrie: des "preuves flagrantes" de l'utilisation de sarin." Damas (Syrie) -Des cadavres d'hommes et d'enfants tués par des gaz neurotoxiques sur la Ghouta, dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013
"Syrie: des "preuves flagrantes" de l'utilisation de sarin." Damas (Syrie) -Des cadavres d'hommes et d'enfants tués par des gaz neurotoxiques sur la Ghouta, dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013
A Damas, Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt voient arriver dans les hôpitaux de nombreuses victimes de gaz neurotoxiques puissants, suffoquant, les pupilles rétractées. Ce qui n’était jusque-là qu’une rumeur, l’utilisation d’armes chimiques par l’armée gouvernementale, devient une réalité.
14 min
Combinaison de 2 photos : Barack Obama (à gauche) le 31/08/ 2013 à Washington, annonçant la décision de ne pas ordonner les frappes contre le régime syrien. et Bachar al-Assad le 9/12/10 à Paris.
Combinaison de 2 photos : Barack Obama (à gauche) le 31/08/ 2013 à Washington, annonçant la décision de ne pas ordonner les frappes contre le régime syrien. et Bachar al-Assad le 9/12/10 à Paris.
Comment quitter la Syrie ? Avec désormais dans leurs bagages des prélèvements de sang et d’urine, ainsi que des vêtements portés par les victimes d’attaques chimiques, les deux journalistes veulent à tout prix les emporter en France pour les faire analyser et témoigner des horreurs du régime.
14 min

À propos de la série

Comment deux journalistes se sont introduits clandestinement en Syrie en 2013 et ont, en pleine guerre civile, acquis les preuves que le régime de Bachar Al-Assad utilisait des armes chimiques contre sa propre population.

Au printemps 2013, Jean-Philippe Rémy, journaliste au Monde, et le photographe Laurent Van der Stockt s’introduisent clandestinement en Syrie, un pays en proie à une guerre civile et auquel le régime officiel interdit l’accès à la presse étrangère. Bachar Al-Assad a en effet durement réprimé les manifestations pacifiques qui ont suivi les printemps arabes en 2011, transformant un simple mouvement de contestation en une véritable rébellion armée.

Jean-Philippe Rémy et Laurent Van der Stockt vont passer deux mois au côté des rebelles sur le front de Jobar, un quartier de la capitale syrienne, Damas. Sur place, ils acquièrent la preuve que, malgré ses constantes dénégations, l’armée gouvernementale utilise des armes chimiques contre sa propre population. Leur reportage devait être un témoignage sur le conflit,  il devient une course contre la montre pour rapporter en France les échantillons récoltés dans les hôpitaux syriens, témoignages incontestables de l’emploi de gaz sarin.

En jeu, une réaction diplomatique internationale… Qui finalement ne viendra pas.

Une série produite par Elise Karlin et réalisée par Thomas Dutter. Mixage : Jean-Ghislain Maige

Provenant de l'émission

Les affaires Cahuzac, Lux Leaks, la guerre chimique en Syrie … Certaines enquêtes, en révélant des affaires d’Etat, ont déstabilisé le pouvoir et ébranlé des institutions. Des hommes politiques ont chuté, des lois ont changé, des journalistes ont dévoilé ce qui devait à tout prix être dissimulé.