France Culture
France Culture
Hervé Di Rosa, passion modeste
Hervé Di Rosa, passion modeste
Hervé Di Rosa dans les années 70
Dans ce premier épisode, Hervé Di Rosa raconte son enfance sétoise dans un milieu modeste d’origine italienne, sa découverte du rock, du punk et des comics américains, et ses premiers pas dans l’école d’art de la ville.
30 min
Hervé Di Rosa, atelier  Balaruc-le-Vieux, à Sète, vers 1985
Hervé Di Rosa arrive à Paris en 1978, à l’Ecole des Arts Décoratifs. Avec quelques amis, il fonde Figuration Libre, un mouvement pictural largement salué par la critique, tant à Paris que dans le New York underground où ils passent quelques années.
31 min
Hervé Di Rosa, au Portugal, en 2019
De retour de New York à Sète, Hervé Di Rosa se remet au travail. Puis il entreprend un cycle de voyages. Ce projet devenu mode de vie est un tournant dans son existence et dans sa peinture.
30 min
Portrait d'Hervé Di Rosa, en août 2020
Depuis la fin des années 80, Hervé Di Rosa défriche, définit et collectionne « les arts modestes ». Il les a aussi diffusés, dans une boutique puis dans une galerie, porté par l’idéal d’un art accessible au plus grand nombre.
31 min
Hervé Di Rosa, en avril 2020
Dans ce dernier épisode, Hervé Di Rosa raconte la genèse et les principes du musée international des arts modestes, mais aussi les évolutions qu’il prépare vingt ans après, en écho au monde d’aujourd’hui.
30 min

À propos de la série

Il s’avoue souvent mégalomane, mais il est le père des « arts modestes ». Ce territoire de l’art, il ne le définit pas comme un concept ni comme un mouvement, mais comme un regard sur le monde. Hervé Di Rosa raconte ses premières années à Sète, à l’époque…

Il s’avoue souvent mégalomane, mais il est le père des « arts modestes ». Ce territoire de l’art, il ne le définit pas comme un concept ni comme un mouvement, mais comme un regard sur le monde. Hervé Di Rosa raconte ses premières années à Sète, à l’époque une ville isolée, qu’il a quittée aussitôt qu’il l’a pu. Assez vite, il est clair qu’il deviendra artiste. Il évoque les années glorieuses de la Figuration Libre, mouvement qu’il a fondé avec trois autres artistes, et leur découverte du New York des années 80, puis le retour en France marqué par des désillusions et quelques déceptions. Une autre période s’ouvre alors dans sa peinture qui s’imprègne de voyages qu’il fait autour du monde. Il en a rapporté des techniques de création, mais aussi des objets glanés sur les marchés, dans des ateliers d’artisans ou même sur internet. C’est pour les montrer et pour défendre ce regard porté sur le monde qu’il a créé le Musée international des arts modestes à Sète, un projet qu’il continue de faire évoluer en résonnance directe avec le monde contemporain.

Provenant de l'émission

À voix nue, du lundi au vendredi de 20h à 20h30 sur France Culture

Une émission qui recueille les paroles, les réflexions de celles et ceux qui marquent notre temps.