France Culture
France Culture
L'économie de la fête
L'économie de la fête
 On date l’apparition du premier restaurant moderne en 1765 grâce à un économiste et physiocrate : Mathurin Roze de Chantoiseau.
On date l’apparition du premier restaurant moderne en 1765 grâce à un économiste et physiocrate : Mathurin Roze de Chantoiseau.
Après sept mois de fermeture, la réouverture des terrasses a marqué un moment fort en termes de renouveau de la convivialité. Le « plaisir de la table » dépasse le simple plaisir de manger, et aller au restaurant est une expérience globale.
58 min
En 2019 en France, 227 000 mariages ont été célébrés, pour un marché estimé à plusieurs milliards d’euros.
En 2019 en France, 227 000 mariages ont été célébrés, pour un marché estimé à plusieurs milliards d’euros.
En 2020, sans surprise, le nombre de mariages organisés en France a diminué d'un tiers dû aux contraintes sanitaires. C'est un coup supplémentaire pour les professionnels du secteur, qui font déjà face depuis quelques décennies au déclin du mariage comme institution sociale.
58 min
L’hyper-mobilité du fêtard, la multiplication des lieux de fête et l’importance croissante des espaces extérieurs bouleversent le modèle économique du secteur de la nuit depuis des années.
L’hyper-mobilité du fêtard, la multiplication des lieux de fête et l’importance croissante des espaces extérieurs bouleversent le modèle économique du secteur de la nuit depuis des années.
Quand on évoque l’économie de la nuit, on pense immédiatement à la fête, aux paillettes, et on imagine un marché florissant. La réalité est plus complexe. La nuit change et les professionnels de la nuit tentent de s’organiser et de se faire connaître.
58 min

Provenant de l'émission

Entendez-vous l'éco ?, du lundi au vendredi de 14h00 à 15h00 sur France Culture

Notions, pensées, auteurs, débats d’actualité: chaque jour, du lundi au jeudi, Entendez-vous l’éco ? fait résonner toutes les déclinaisons de l’économie et de son impact sur la société. Pour que, dans le brouhaha d’une actualité souvent saturée, l’éco parvienne jusqu’à nous…